Dans ce qu'il a appelé une "lettre à Kong Kong", le secrétaire principal de l'administration, Matthew Cheung Kin-chung, a affirmé que le gouvernement allait mettre sur pied "un comité indépendant", formé d'experts et de leaders communautaires, qui serait chargé de comprendre les origines profondes du malaise. Hong Kong est en proie à d'importantes protestations depuis le mois de juin. Les manifestations sont nées du rejet d'un projet de loi, désormais abandonné, qui visait à autoriser les extraditions vers la Chine continentale. Mais les contestataires ont élargi leurs revendications afin d'obtenir le suffrage universel et dénoncent la mainmise qu'ils jugent grandissante de la Chine continentale sur le territoire. Ils veulent aussi une enquête indépendante sur les violences policières. Le directeur d'Amnesty International Hong Kong a rejeté les efforts du gouvernement, rappelant que ce que voulaient désormais les manifestants était l'établissement d'une enquête indépendante. "La colère des manifestants est issue du manque de prise de responsabilités quant aux événements qui se sont produits, ce qui pourrait être résolu par une enquête indépendante", a-t-il indiqué à l'agence allemande dpa. "Il n'y a aucun intérêt à repousser cette enquête sur l'usage disproportionné de la force." Il a ajouté que la dirigeante de Hong Kong, Carrie Lam, avait des leçons à tirer si elle souhaitait réinstaurer de la confiance envers le gouvernement et la police, et désamorcer le mouvement anti-gouvernement en cours. (Belga)

Dans ce qu'il a appelé une "lettre à Kong Kong", le secrétaire principal de l'administration, Matthew Cheung Kin-chung, a affirmé que le gouvernement allait mettre sur pied "un comité indépendant", formé d'experts et de leaders communautaires, qui serait chargé de comprendre les origines profondes du malaise. Hong Kong est en proie à d'importantes protestations depuis le mois de juin. Les manifestations sont nées du rejet d'un projet de loi, désormais abandonné, qui visait à autoriser les extraditions vers la Chine continentale. Mais les contestataires ont élargi leurs revendications afin d'obtenir le suffrage universel et dénoncent la mainmise qu'ils jugent grandissante de la Chine continentale sur le territoire. Ils veulent aussi une enquête indépendante sur les violences policières. Le directeur d'Amnesty International Hong Kong a rejeté les efforts du gouvernement, rappelant que ce que voulaient désormais les manifestants était l'établissement d'une enquête indépendante. "La colère des manifestants est issue du manque de prise de responsabilités quant aux événements qui se sont produits, ce qui pourrait être résolu par une enquête indépendante", a-t-il indiqué à l'agence allemande dpa. "Il n'y a aucun intérêt à repousser cette enquête sur l'usage disproportionné de la force." Il a ajouté que la dirigeante de Hong Kong, Carrie Lam, avait des leçons à tirer si elle souhaitait réinstaurer de la confiance envers le gouvernement et la police, et désamorcer le mouvement anti-gouvernement en cours. (Belga)