Le coronavirus ne semble pas seulement être dangereux pour la santé, la crise l'est aussi pour le bien-être numérique. Check Point Software Technologies a observé que le nombre d'attaques informatiques était passé ces deux dernières semaines de plusieurs centaines par jour à plus de 5.000 le 28 mars. Comme les gens restent à domicile et recourent en masse aux services de retransmission comme Netflix, les criminels informatiques profitent de l'aubaine. Ils utilisent notamment un nom de domaine combinant le célèbre diffuseur de séries avec le nom scientifique du coronavirus attribué par l'Organisation mondiale de la santé (Covid-19), comme Netflixcovid19s.com. Certains sites proposent des formules de paiement, par exemple pour s'acquitter d'un abonnement. Il s'agit clairement d'une tentative de hameçonnage ayant pour but de se saisir des données bancaires de la victime. "Il y a quelques semaines, nous avions déjà constaté une forte hausse des messages de phishing recourant aux termes 'coronavirus' ou 'masques protecteurs'. On voit maintenant de plus en plus de messages avec Netflix", confirme un porte-parole du Centre pour la Cybersécurité en Belgique (CCB). Le nombre de nouveaux noms de domaine liés au coronavirus a explosé ces deux dernières semaines, atteignant les 30.103 dont 131 étaient malveillants et 2.777 suspects. (Belga)

Le coronavirus ne semble pas seulement être dangereux pour la santé, la crise l'est aussi pour le bien-être numérique. Check Point Software Technologies a observé que le nombre d'attaques informatiques était passé ces deux dernières semaines de plusieurs centaines par jour à plus de 5.000 le 28 mars. Comme les gens restent à domicile et recourent en masse aux services de retransmission comme Netflix, les criminels informatiques profitent de l'aubaine. Ils utilisent notamment un nom de domaine combinant le célèbre diffuseur de séries avec le nom scientifique du coronavirus attribué par l'Organisation mondiale de la santé (Covid-19), comme Netflixcovid19s.com. Certains sites proposent des formules de paiement, par exemple pour s'acquitter d'un abonnement. Il s'agit clairement d'une tentative de hameçonnage ayant pour but de se saisir des données bancaires de la victime. "Il y a quelques semaines, nous avions déjà constaté une forte hausse des messages de phishing recourant aux termes 'coronavirus' ou 'masques protecteurs'. On voit maintenant de plus en plus de messages avec Netflix", confirme un porte-parole du Centre pour la Cybersécurité en Belgique (CCB). Le nombre de nouveaux noms de domaine liés au coronavirus a explosé ces deux dernières semaines, atteignant les 30.103 dont 131 étaient malveillants et 2.777 suspects. (Belga)