"Nous ne savons pas vraiment comment évolueront les infections à cette période", poursuit Steven Van Gucht."C'est pourquoi j'aurais préféré que les assoupissements arrivent un peu plus tard. Il y aurait alors eu plus de données et donc plus de certitudes." Le virologue se dit en revanche satisfait de l'approche régionale. "C'est bien que les règles ne soient pas immédiatement assouplies dans les endroits où les chiffres ne sont pas bons, à Bruxelles par exemple. Le taux de mortalité y est trois fois plus élevé et le taux d'infection est même jusqu'à quatre fois plus élevé. En Flandre, il y a plus de marge pour la détente." Mais M. Van Gucht ne veut pas mettre toute la Flandre sur un pied d'égalité : "À Anvers et dans quelques communes autour de Bruxelles, le taux de vaccination est encore trop faible et il faut y prêter attention Le masque est un outil bon marché et efficace, il reste donc une arme importante, notamment dans les endroits où la distanciation sociale ne peut être maintenue." Le virologue se félicite aussi de l'accent mis par le Comité de concertation sur l'importance de la ventilation. Les centres de remise en forme et les discothèques, entre autres, devront prouver qu'ils peuvent surveiller efficacement la qualité de l'air. "Il est crucial dans les boîtes de nuit, comme dans le reste de l'industrie hôtelière où le masque buccal n'a guère été utilisé, d'investir dans une bonne ventilation." En effet, selon le professeur, l'utilisation du Covid Safe Ticket est un progrès mais n'est pas une solution-miracle : "La probabilité d'être infecté est plus faible, mais elle n'est pas inexistante". Enfin, M. Van Gucht rappelle que les personnes vaccinées peuvent toujours tomber malades, même si elles risquent moins de se retrouver en soins intensifs. "Si l'obligation de porter un masque buccal ou la stratégie de dépistage dans les écoles, disparaissaient, cela pourrait avoir des effets importants. Une école peut devenir un foyer d'infection et devoir fermer ses portes." (Belga)

"Nous ne savons pas vraiment comment évolueront les infections à cette période", poursuit Steven Van Gucht."C'est pourquoi j'aurais préféré que les assoupissements arrivent un peu plus tard. Il y aurait alors eu plus de données et donc plus de certitudes." Le virologue se dit en revanche satisfait de l'approche régionale. "C'est bien que les règles ne soient pas immédiatement assouplies dans les endroits où les chiffres ne sont pas bons, à Bruxelles par exemple. Le taux de mortalité y est trois fois plus élevé et le taux d'infection est même jusqu'à quatre fois plus élevé. En Flandre, il y a plus de marge pour la détente." Mais M. Van Gucht ne veut pas mettre toute la Flandre sur un pied d'égalité : "À Anvers et dans quelques communes autour de Bruxelles, le taux de vaccination est encore trop faible et il faut y prêter attention Le masque est un outil bon marché et efficace, il reste donc une arme importante, notamment dans les endroits où la distanciation sociale ne peut être maintenue." Le virologue se félicite aussi de l'accent mis par le Comité de concertation sur l'importance de la ventilation. Les centres de remise en forme et les discothèques, entre autres, devront prouver qu'ils peuvent surveiller efficacement la qualité de l'air. "Il est crucial dans les boîtes de nuit, comme dans le reste de l'industrie hôtelière où le masque buccal n'a guère été utilisé, d'investir dans une bonne ventilation." En effet, selon le professeur, l'utilisation du Covid Safe Ticket est un progrès mais n'est pas une solution-miracle : "La probabilité d'être infecté est plus faible, mais elle n'est pas inexistante". Enfin, M. Van Gucht rappelle que les personnes vaccinées peuvent toujours tomber malades, même si elles risquent moins de se retrouver en soins intensifs. "Si l'obligation de porter un masque buccal ou la stratégie de dépistage dans les écoles, disparaissaient, cela pourrait avoir des effets importants. Une école peut devenir un foyer d'infection et devoir fermer ses portes." (Belga)