Ces mesures interviennent après que le Conseil du bien-être animal a fait état en 2011 de difficultés d'application des normes légales d'hébergement des animaux dans les cirques (manque d'espace, absence de possibilité de baignades, absence de congénères pour certaines espèces grégaires, non-respect des exigences de température).

Le projet prévoit que seuls certains animaux pourront désormais être autorisés dans les cirques, moyennant le respect des normes minimales d'hébergement fixées pour assurer leur bien-être. Il s'agit concrètement des animaux suivants: les bovins, buffles, porcs, lamas, dromadaires, chameaux, furets, lapins, chiens et chats, pigeons, oies, gallinacés, perroquets, perruches et canards, chevaux, ânes et poneys, moutons et chèvres.

Le député FDF Damien Thiéry a demandé en vain mercredi l'organisation d'auditions. Selon lui, cette mesure mettra le secteur à mal. Dans un communiqué cosigné par la député bruxelloise Béatrice Fraiteur (FDF), il s'est demandé s'il faudra "sortir les tigres de leur cages pour que la ministre veuille s'intéresser à leur avenir".

Ces mesures interviennent après que le Conseil du bien-être animal a fait état en 2011 de difficultés d'application des normes légales d'hébergement des animaux dans les cirques (manque d'espace, absence de possibilité de baignades, absence de congénères pour certaines espèces grégaires, non-respect des exigences de température). Le projet prévoit que seuls certains animaux pourront désormais être autorisés dans les cirques, moyennant le respect des normes minimales d'hébergement fixées pour assurer leur bien-être. Il s'agit concrètement des animaux suivants: les bovins, buffles, porcs, lamas, dromadaires, chameaux, furets, lapins, chiens et chats, pigeons, oies, gallinacés, perroquets, perruches et canards, chevaux, ânes et poneys, moutons et chèvres. Le député FDF Damien Thiéry a demandé en vain mercredi l'organisation d'auditions. Selon lui, cette mesure mettra le secteur à mal. Dans un communiqué cosigné par la député bruxelloise Béatrice Fraiteur (FDF), il s'est demandé s'il faudra "sortir les tigres de leur cages pour que la ministre veuille s'intéresser à leur avenir".