Selon des sources anonymes de CBS News, les services de renseignement américains ont capté les signaux d'un radar. Les satellites américains auraient également remarqué le lancement de deux missiles antiaériens peu avant l'explosion de l'avion. Des fragments de roquettes auraient par ailleurs été retrouvées là où l'avion s'est écrasé, selon une source qui s'est confiée à CBS. Le Premier ministre britannique Boris Johnson et le président ukrainien Volodymyr Zelensky ont, de leur côté, demandé une enquête "complète" et "transparente". "Les informations que nous voyons sont très inquiétantes et nous les examinons en urgence", a indiqué Downing Street. Selon les premiers éléments de l'enquête iranienne, le Boeing 737 avait fait demi-tour après un "problème". Les autorités ukrainiennes ont dit analyser parmi les hypothèses possibles celles d'un missile antiaérien, l'explosion d'une bombe à bord ou une collision avec un drone. "Dans nos contacts avec l'Iran, nous avons insisté fermement sur la tenue d'une enquête transparente, complète et objective pour établir au plus vite les circonstances de cette tragédie", a déclaré de son côté M. Zelensky, cité dans un communiqué de la présidence ukrainienne. Selon Kiev, M. Zelensky a proposé d'inclure le Royaume-Uni dans l'enquête. Les autorités iraniennes ont réagi à ces "rumeurs" de frappe de missile sur l'avion. "Plusieurs vols intérieurs et internationaux volaient au même moment dans l'espace iranien à la même altitude de 8.000 pieds, et cette histoire de frappe de missile sur l'avion ne peut pas du tout être correcte", indique un communiqué sur le site du ministère des Transports iraniens. "De telles rumeurs n'ont aucun sens", ajoute le texte (Belga)

Selon des sources anonymes de CBS News, les services de renseignement américains ont capté les signaux d'un radar. Les satellites américains auraient également remarqué le lancement de deux missiles antiaériens peu avant l'explosion de l'avion. Des fragments de roquettes auraient par ailleurs été retrouvées là où l'avion s'est écrasé, selon une source qui s'est confiée à CBS. Le Premier ministre britannique Boris Johnson et le président ukrainien Volodymyr Zelensky ont, de leur côté, demandé une enquête "complète" et "transparente". "Les informations que nous voyons sont très inquiétantes et nous les examinons en urgence", a indiqué Downing Street. Selon les premiers éléments de l'enquête iranienne, le Boeing 737 avait fait demi-tour après un "problème". Les autorités ukrainiennes ont dit analyser parmi les hypothèses possibles celles d'un missile antiaérien, l'explosion d'une bombe à bord ou une collision avec un drone. "Dans nos contacts avec l'Iran, nous avons insisté fermement sur la tenue d'une enquête transparente, complète et objective pour établir au plus vite les circonstances de cette tragédie", a déclaré de son côté M. Zelensky, cité dans un communiqué de la présidence ukrainienne. Selon Kiev, M. Zelensky a proposé d'inclure le Royaume-Uni dans l'enquête. Les autorités iraniennes ont réagi à ces "rumeurs" de frappe de missile sur l'avion. "Plusieurs vols intérieurs et internationaux volaient au même moment dans l'espace iranien à la même altitude de 8.000 pieds, et cette histoire de frappe de missile sur l'avion ne peut pas du tout être correcte", indique un communiqué sur le site du ministère des Transports iraniens. "De telles rumeurs n'ont aucun sens", ajoute le texte (Belga)