Les propos de Jan Peumans ont poussé les autorités espagnoles à rappeler à l'ordre l'ambassadeur belge à Madrid, Marc Calcoen. Le président du parlement flamand avait personnellement remis la missive à Mme Forcadell alors qu'il allait lui rendre visite en prison en compagnie du député européen Mark Demesmaeker (N-VA). Le contenu de la lettre avait été diffusé le 7 septembre sur le compte Twitter de M. Demesmaeker. Selon un haut fonctionnaire espagnol, le ministre des Affaires étrangères espagnol Josep Borrel a été "consterné" par les propos du président de l'hémicycle flamand. Cette lettre officielle, rédigée par le président d'un parlement régional "qui a une place proéminente dans l'ordre protocolaire belge", est considérée comme une insulte par l'Espagne, a expliqué l'ambassadeur aux responsables des Affaires étrangères belges. Les autorités espagnoles ont dès lors demandé aux Affaires étrangères de contacter M. Peumans et de lui signifier que le contenu de sa lettre est inacceptable. Depuis, aucun contact officiel n'a été pris avec Jan Peumans. "Je pense que personne, aux Affaires étrangères, ne me tapera sur les doigts, ce qui causerait une émeute diplomatique en Belgique", a-t-il estimé. (Belga)

Les propos de Jan Peumans ont poussé les autorités espagnoles à rappeler à l'ordre l'ambassadeur belge à Madrid, Marc Calcoen. Le président du parlement flamand avait personnellement remis la missive à Mme Forcadell alors qu'il allait lui rendre visite en prison en compagnie du député européen Mark Demesmaeker (N-VA). Le contenu de la lettre avait été diffusé le 7 septembre sur le compte Twitter de M. Demesmaeker. Selon un haut fonctionnaire espagnol, le ministre des Affaires étrangères espagnol Josep Borrel a été "consterné" par les propos du président de l'hémicycle flamand. Cette lettre officielle, rédigée par le président d'un parlement régional "qui a une place proéminente dans l'ordre protocolaire belge", est considérée comme une insulte par l'Espagne, a expliqué l'ambassadeur aux responsables des Affaires étrangères belges. Les autorités espagnoles ont dès lors demandé aux Affaires étrangères de contacter M. Peumans et de lui signifier que le contenu de sa lettre est inacceptable. Depuis, aucun contact officiel n'a été pris avec Jan Peumans. "Je pense que personne, aux Affaires étrangères, ne me tapera sur les doigts, ce qui causerait une émeute diplomatique en Belgique", a-t-il estimé. (Belga)