Le député-bourgmestre de Ganshoren, Pierre Kompany (cdH) a ouvert la première séance du parlement bruxellois remanié en profondeur à l'issue du scrutin du 26 mai dernier, à 14h45. Agé de 71 ans, M. Kompany présidait la séance en tant que doyen d'âge. Il était assisté des deux plus jeunes élus, Ariane de Lobkowicz (DéFI) et Juan Benjumea Moreno.

Après une vingtaine de minutes, la longue séance s'installation a été interrompue une première fois pour permettre à une commission de procéder à l'examen des plaintes concernant les opérations électorales.

Sur recommandation de celle-ci, les députés ont ensuite rejeté, à l'unanimité, trois plaintes formulées à propos du déroulement du scrutin du 26 mai dernier. Il y a eu dix abstentions dans les rangs d'Ecolo, de Groen, de la N-VA, du PTB du PVDA, d'Agora et de DierAnimal et du Vlams Belang.

Les abstentions ont été justifiées par la malaise de ces votants par rapport au fait que le parlement bruxellois est lui même appelé à se prononcer sur la validité des plaintes concernant son élection. Alain Maron (Ecolo) a toutefois rappelé que pour modifier les règles en la matière, il eut fallu déclarer un article de la Constitution à révision, à la fin de la législature sortante, ce qui n'a pas été fait.

Deux des plaintes ont été jugées non recevables car elles provenaient d'électeurs, et non de candidats. Celle de l'ex-député Ahmed El Khannouss (cdH), candidat à Molenbeek, a été jugée recevable, mais non fondée.

Après une nouvelle suspension de séance et la vérification des pouvoirs dans chaque groupe linguistique par une commission, les prestations de serment ont commencé.

Plusieurs élus ont renoncé à siéger. La plupart d'entre eux l'avaient fait savoir avant la séance. Il s'agit des bourgmestre de la Ville de Bruxelles et d'Uccle, Philippe Close et Boris Diliès; de celui de Schaerbeek Bernard Clerfayt, qui sera peut-être amené à dire ultérieurement s'il est prêt ou non à monter dans le gouvernement régional, si sa formation, DéFI, est appelée à entrer dans une nouvelle coalition gouvernementale; et Ahmad Haagiloee (PTB) qui a cédé sa place à Luc Van Cauwenberghe.

Au CD&V, Paul Delva et Brigitte Grouwels, respectivement, premier et deuxième suppléants ont également annoncé leur retrait, quoi qu'il arrive ultérieurement. Pour le PTB, les prestations de serment devant l'assemblée bruxelloise ont été précédées d'une prestation de serment symbolique devant une cinquantaine de militants réunis place Saint-Jean, à quelques dizaines de mètres du parlement.

Les membres du gouvernement bruxellois sortant sont en "affaires courantes". Ceux d'entre eux qui ont été élus, ont cédé leur siège de député à un(e) suppléant(e) placé en ordre utile: Véronique Jamoulle (PS) pour le ministre-président Rudi Vervoort; Kadija Zamouri (Open Vld) pour Guy Vanhengel; Hilde Sabbe (one.brussels pour Pascal Smet; Rachid AzaouM pour Céline Fremault (cdH); Cécile Vainsel (PS) pour Fadila Laanan; et Joris Poschet, pour Bianca Debaets. Cécile Jodogne était absente pour raison personnelle. L'installation de son suppléant aura lieu ultérieurement.

Simone Susskind a par ailleurs prêté serment, en remplacement de Rachid Madrane, ministre en affaires courantes au sein du gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Les chef(fe)s de groupe ont été désignés par les différentes formations, pour certain(e)s, à titre provisoire, en raison de l'attente des résultats des négociations à venir pour la formation d'un gouvernement. Il s'agit de Ridouane Chahid (PS), Alain Maron (Ecolo), Françoise Schepmans (MR), Emmanuel De Bock (DéFI), Françoise De Smet (PTB).

Dans le groupe linguistique néerlandophone, Il s'agit d'Arnaud Verstraeten (Groen), Sven Gatz (Open Vld); et Cieltje Vanachter (N-VA). Le groupe one.brussels-sp.a n'a encore désigné personne.

Le cdH n'a pas (encore? ) le statut de groupe. Dans un cas de figure comme dans l'autre, il est acquis que la ministre sortante Céline Fremault en sera le chef de file.