"Nous ne payons pas de rançon pour des otages", a martelé M. Obama lors d'une conférence de presse où on l'interrogeait sur une somme de 400 millions de dollars, que Washington avait annoncé avoir payé en janvier à Téhéran, en billets d'euros et de francs suisses, pour régler un vieux différend commercial entre les deux pays, en marge de leur accord international sur le nucléaire iranien. (Belga)

"Nous ne payons pas de rançon pour des otages", a martelé M. Obama lors d'une conférence de presse où on l'interrogeait sur une somme de 400 millions de dollars, que Washington avait annoncé avoir payé en janvier à Téhéran, en billets d'euros et de francs suisses, pour régler un vieux différend commercial entre les deux pays, en marge de leur accord international sur le nucléaire iranien. (Belga)