Le chef de file des conservateurs, physique de lutteur et bagout de boutiquier, est rompu à ces négociations inévitables dans le système bulgare de proportionnelle à un tour. Reste pour M. Borissov à dégager une majorité pour gouverner le pays le plus pauvre de l'Union européenne (UE), où la corruption est enracinée, alors que son deuxième mandat, qu'il a écourté en démissionnant fin 2016, a été miné par les désaccords au sein de la coalition. La troisième place (9,1%, 27 sièges) qu'obtient la coalition nationaliste "Patriotes Unis", hostile aux migrants, aux musulmans et aux roms, devrait en faire un partenaire incontournable pour M. Borissov. Les nationalistes avaient soutenu son ancien gouvernement sans y participer. Le Premier ministre ne souhaite pas s'allier avec le MDL, parti historique de la minorité musulmane -principalement turque- de Bulgarie, quasi ex aequo avec les nationalistes (8,9%, 26 sièges). (Belga)

Le chef de file des conservateurs, physique de lutteur et bagout de boutiquier, est rompu à ces négociations inévitables dans le système bulgare de proportionnelle à un tour. Reste pour M. Borissov à dégager une majorité pour gouverner le pays le plus pauvre de l'Union européenne (UE), où la corruption est enracinée, alors que son deuxième mandat, qu'il a écourté en démissionnant fin 2016, a été miné par les désaccords au sein de la coalition. La troisième place (9,1%, 27 sièges) qu'obtient la coalition nationaliste "Patriotes Unis", hostile aux migrants, aux musulmans et aux roms, devrait en faire un partenaire incontournable pour M. Borissov. Les nationalistes avaient soutenu son ancien gouvernement sans y participer. Le Premier ministre ne souhaite pas s'allier avec le MDL, parti historique de la minorité musulmane -principalement turque- de Bulgarie, quasi ex aequo avec les nationalistes (8,9%, 26 sièges). (Belga)