Ce slogan est apparu pour la première fois vendredi sur la version en ligne du quotidien américain et doit prochainement être ajouté également sur la manchette du journal. "C'est quelque chose que nous disons depuis longtemps en interne en parlant de notre mission", a expliqué une porte-parole du journal, Kristine Coratti à propos du rôle que veut jouer le Washington Post dans la défense de la démocratie américaine. "Nous avons pensé que ce serait un bon résumé de nos valeurs à l'intention des millions de lecteurs qui nous ont rejoint au cours de la dernière année", a-t-elle ajouté. L'expression "Democracy Dies in Darkness" est souvent utilisée par Bob Woodward, éditorialiste du Washington Post et légende du journalisme américain pour ses révélations sur le scandale du Watergate pendant la présidence de Richard Nixon. Le Washington Post fait partie des cibles favorites de Donald Trump, avec le New York Times et la chaîne CNN. Il accuse régulièrement ces médias de colporter de fausses informations contre lui. Depuis la reprise en main par Jeff Bezos, le fondateur du distributeur Amazon, le Washington Post connaît une hausse régulière de son lectorat. L'élection de Donald Trump a également donné un coup de fouet au journal avec 98.4 millions de visiteurs sur son internet au mois de janvier, au moment de l'investiture du président américain, soit 41% de plus qu'à la même période un an auparavant. (Belga)

Ce slogan est apparu pour la première fois vendredi sur la version en ligne du quotidien américain et doit prochainement être ajouté également sur la manchette du journal. "C'est quelque chose que nous disons depuis longtemps en interne en parlant de notre mission", a expliqué une porte-parole du journal, Kristine Coratti à propos du rôle que veut jouer le Washington Post dans la défense de la démocratie américaine. "Nous avons pensé que ce serait un bon résumé de nos valeurs à l'intention des millions de lecteurs qui nous ont rejoint au cours de la dernière année", a-t-elle ajouté. L'expression "Democracy Dies in Darkness" est souvent utilisée par Bob Woodward, éditorialiste du Washington Post et légende du journalisme américain pour ses révélations sur le scandale du Watergate pendant la présidence de Richard Nixon. Le Washington Post fait partie des cibles favorites de Donald Trump, avec le New York Times et la chaîne CNN. Il accuse régulièrement ces médias de colporter de fausses informations contre lui. Depuis la reprise en main par Jeff Bezos, le fondateur du distributeur Amazon, le Washington Post connaît une hausse régulière de son lectorat. L'élection de Donald Trump a également donné un coup de fouet au journal avec 98.4 millions de visiteurs sur son internet au mois de janvier, au moment de l'investiture du président américain, soit 41% de plus qu'à la même période un an auparavant. (Belga)