Vers 13 heures, une formation de C-130 doit décoller de l'aérodrome militaire de Melsbroek. Deux autres vols sont également prévus pour la presse et des invités, l'un avec son successeur, l'Airbus A400M, et l'autre en C-130. La Belgique avait acquis au début des années 1970 une flotte de douze C-130H, construits par l'avionneur américain Lockheed Martin. Ils ont été livrés entre juillet 1972 et avril 1973. Un appareil, le CH-06, a été perdu dans un accident survenu le 15 juillet 1996 sur la base aérienne d'Eindhoven (sud des Pays-Bas), provoquant la mort de 34 personnes sur les 41 occupants, à la suite d'une collision en phase d'atterrissage avec un essaim d'oiseaux. Un autre, le CH-02, a été détruit le 4 mai 2006 dans l'incendie d'un hangar de la société Sabena Technics à Zaventem lors d'un grand entretien. En près de 50 ans, ces appareils ont effectué quelque 285.000 heures de vol et 199.500 atterrissages, transportant 150.000 tonnes de fret en réalisant l'équivalent de 3.900 tours du monde, selon l'officier de presse de la Force aérienne, le commandant Kurt Verwilligen. Dimanche dernier, l'un des quatre derniers appareils encore en service, le CH-01, porteur d'une décoration spéciale pour célébrer ces 50 ans sous les cocardes belges, a effectué les ultimes "drops" (largages) de parachutistes belges en Afrique, lors de l'exercice Tropical Storm qui se déroule au Gabon jusque mardi. "Chaque soldat belge en mission à l'étranger attendait avec impatience l'arrivée du C-130, pour du ravitaillement ou parce que cela signifiait le soulagement du retour à la maison", explique le commandant du 15e wing Frank Vandenbussche. "Mais de nombreux enfants dans le monde vivant dans des conditions épouvantables attendaient également les largages pour pouvoir survivre." Le successeur, l'appareil européen A400M, est plus gros, plus rapide et peut aussi voler plus loin. Sabena Aerospace devient le nouveau propriétaire des derniers appareils belges C-130. (Belga)

Vers 13 heures, une formation de C-130 doit décoller de l'aérodrome militaire de Melsbroek. Deux autres vols sont également prévus pour la presse et des invités, l'un avec son successeur, l'Airbus A400M, et l'autre en C-130. La Belgique avait acquis au début des années 1970 une flotte de douze C-130H, construits par l'avionneur américain Lockheed Martin. Ils ont été livrés entre juillet 1972 et avril 1973. Un appareil, le CH-06, a été perdu dans un accident survenu le 15 juillet 1996 sur la base aérienne d'Eindhoven (sud des Pays-Bas), provoquant la mort de 34 personnes sur les 41 occupants, à la suite d'une collision en phase d'atterrissage avec un essaim d'oiseaux. Un autre, le CH-02, a été détruit le 4 mai 2006 dans l'incendie d'un hangar de la société Sabena Technics à Zaventem lors d'un grand entretien. En près de 50 ans, ces appareils ont effectué quelque 285.000 heures de vol et 199.500 atterrissages, transportant 150.000 tonnes de fret en réalisant l'équivalent de 3.900 tours du monde, selon l'officier de presse de la Force aérienne, le commandant Kurt Verwilligen. Dimanche dernier, l'un des quatre derniers appareils encore en service, le CH-01, porteur d'une décoration spéciale pour célébrer ces 50 ans sous les cocardes belges, a effectué les ultimes "drops" (largages) de parachutistes belges en Afrique, lors de l'exercice Tropical Storm qui se déroule au Gabon jusque mardi. "Chaque soldat belge en mission à l'étranger attendait avec impatience l'arrivée du C-130, pour du ravitaillement ou parce que cela signifiait le soulagement du retour à la maison", explique le commandant du 15e wing Frank Vandenbussche. "Mais de nombreux enfants dans le monde vivant dans des conditions épouvantables attendaient également les largages pour pouvoir survivre." Le successeur, l'appareil européen A400M, est plus gros, plus rapide et peut aussi voler plus loin. Sabena Aerospace devient le nouveau propriétaire des derniers appareils belges C-130. (Belga)