"Les conditions sont difficiles aujourd'hui", a expliqué aux journalistes le chef des pompiers dans les zones rurales de Nouvelle-Galles du Sud, Shane Fitzsimmons. "Ce sont les vents chauds et secs qui constituent de nouveau le véritable défi" Voilà plusieurs jours que les autorités redoutaient l'arrivée aujourd'hui d'une nouvelle vague de chaleur catastrophique dans un pays en proie depuis septembre à une crise catastrophique des feux de forêts. Comme attendu, le mercure a dépassé vendredi les 40 degrés dans les Etats de Victoria et de Nouvelle-Galles du Sud, et l'inquiétude se portait désormais sur un "mégafeu" né vendredi après-midi de la jonction de deux incendies. Ce seul brasier a réduit en cendres une superficie de plus de 6.000 km2, soit plus de 55 fois la taille de Paris. Particulièrement précoce et virulente, la saison des incendies a déjà fait 26 morts en Australie, réduit en cendres une superficie totale de 100.000 km2 -soit plus grande que la la Corée du Sud ou le Portugal- et détruit plus de 2.000 maisons. Des chercheurs ont également observé que la crise actuelle avait donné lieu à une campagne de désinformation "sans précédent" dans l'histoire du pays, avec des "bots" (programmes informatiques qui envoient automatiquement des messages) déployés pour défendre l'idée que les feux ne sont pas liés au réchauffement climatique. Le hashtag #arsonemergency ("urgence incendie criminel") est notamment utilisé en force, alors que des médias, des sites et des hommes politiques conservateurs du monde entier défendent l'idée que les feux seraient en fait criminels. (Belga)

"Les conditions sont difficiles aujourd'hui", a expliqué aux journalistes le chef des pompiers dans les zones rurales de Nouvelle-Galles du Sud, Shane Fitzsimmons. "Ce sont les vents chauds et secs qui constituent de nouveau le véritable défi" Voilà plusieurs jours que les autorités redoutaient l'arrivée aujourd'hui d'une nouvelle vague de chaleur catastrophique dans un pays en proie depuis septembre à une crise catastrophique des feux de forêts. Comme attendu, le mercure a dépassé vendredi les 40 degrés dans les Etats de Victoria et de Nouvelle-Galles du Sud, et l'inquiétude se portait désormais sur un "mégafeu" né vendredi après-midi de la jonction de deux incendies. Ce seul brasier a réduit en cendres une superficie de plus de 6.000 km2, soit plus de 55 fois la taille de Paris. Particulièrement précoce et virulente, la saison des incendies a déjà fait 26 morts en Australie, réduit en cendres une superficie totale de 100.000 km2 -soit plus grande que la la Corée du Sud ou le Portugal- et détruit plus de 2.000 maisons. Des chercheurs ont également observé que la crise actuelle avait donné lieu à une campagne de désinformation "sans précédent" dans l'histoire du pays, avec des "bots" (programmes informatiques qui envoient automatiquement des messages) déployés pour défendre l'idée que les feux ne sont pas liés au réchauffement climatique. Le hashtag #arsonemergency ("urgence incendie criminel") est notamment utilisé en force, alors que des médias, des sites et des hommes politiques conservateurs du monde entier défendent l'idée que les feux seraient en fait criminels. (Belga)