Depuis 1999, Pro Velo réalise des comptages à la demande de Bruxelles Mobilité. Le nombre de vélos est alors relevé quatre fois par an en heure de pointe du matin sur 26 carrefours de la Région bruxelloise, en distinguant les hommes des femmes et les cyclistes portant un casque des cyclistes non casqués. Des comptages complémentaires sont organisés pour l'analyse des types de deux-roues, de l'éclairage et du stationnement.

Il ressort de ces statistiques que le mois de mai a été très prolifique pour le vélo à Bruxelles. On a enregistré ce mois-là une progression de 16% de leur utilisation par rapport à mai 2018. La fréquentation maximale a aussi été relevée à cette période-là, au point de comptage Mérode, avec 1.159 vélos comptabilisés entre 8h00 et 9h00, devant celui de la rue de la Loi et ses 880 deux-roues.

Parmi les adeptes de la petite reine, 64% sont des hommes et 36% des femmes et 59% portaient un casque. Un pourcentage qui monte à 75% pour les utilisateurs d'un vélo électrique. A noter encore que 74% des deux-roues comptabilisés étaient correctement éclairés et que 13% ne disposaient d'aucun dispositif de la sorte. Parmi les tendances de cet Observatoire 2019, il apparait par ailleurs que le vélo à assistance électrique est en plein boom. Depuis 2017, sa part est en augmentation, en particulier pour les déplacements domicile-travail. Ainsi, s'il représentait 12% des vélos comptés en heure de pointe du matin en 2018, il est passé à 20% l'an dernier.

Succès du vélo cargo

Autre phénomène en plein développement: le vélo cargo. Quasiment inconnu à Bruxelles il y a encore cinq ans, il représente aujourd'hui 4% des deux roues comptabilisés en heure de pointe, relève l'Observatoire. Il est même devenu le dispositif le plus prisé par les familles qui roulent avec enfant. De 12% en 2018, les cargos familiaux dépassent désormais les 30% des vélos équipés pour le transport d'enfants en 2019. Les sièges-enfant, follow-me et troisième-roue se partagent les 70% restants.

Enfin, l'aménagement des voiries avec des infrastructures de qualité a un impact positif sur le flux des cyclistes. Bruxelles Mobilité cite l'exemple de l'avenue Franklin Roosevelt. Désormais aménagée d'une piste cyclable séparée, la fréquentation s'y est intensifiée de 68% entre 2016 et 2019. "Il y a encore beaucoup de travail à faire, en termes d'infrastructures et de sécurisation du stationnement, pour rendre le vélo accessible à tous, particulièrement dans les quartiers les plus précarisés", concède Elke Van den Brandt, ministre bruxelloise de la Mobilité. "Mais nous sommes en chemin et nous n'avons jamais été aussi motivés!" Parallèlement au développement d'infrastructures, la priorité de la politique cyclable doit être donnée à la limitation et à l'apaisement du trafic dans les quartiers, afin de permettre une cohabitation entre les modes de transports en toute sécurité, conclut l'Observatoire.

Depuis 1999, Pro Velo réalise des comptages à la demande de Bruxelles Mobilité. Le nombre de vélos est alors relevé quatre fois par an en heure de pointe du matin sur 26 carrefours de la Région bruxelloise, en distinguant les hommes des femmes et les cyclistes portant un casque des cyclistes non casqués. Des comptages complémentaires sont organisés pour l'analyse des types de deux-roues, de l'éclairage et du stationnement. Il ressort de ces statistiques que le mois de mai a été très prolifique pour le vélo à Bruxelles. On a enregistré ce mois-là une progression de 16% de leur utilisation par rapport à mai 2018. La fréquentation maximale a aussi été relevée à cette période-là, au point de comptage Mérode, avec 1.159 vélos comptabilisés entre 8h00 et 9h00, devant celui de la rue de la Loi et ses 880 deux-roues. Parmi les adeptes de la petite reine, 64% sont des hommes et 36% des femmes et 59% portaient un casque. Un pourcentage qui monte à 75% pour les utilisateurs d'un vélo électrique. A noter encore que 74% des deux-roues comptabilisés étaient correctement éclairés et que 13% ne disposaient d'aucun dispositif de la sorte. Parmi les tendances de cet Observatoire 2019, il apparait par ailleurs que le vélo à assistance électrique est en plein boom. Depuis 2017, sa part est en augmentation, en particulier pour les déplacements domicile-travail. Ainsi, s'il représentait 12% des vélos comptés en heure de pointe du matin en 2018, il est passé à 20% l'an dernier. Succès du vélo cargoAutre phénomène en plein développement: le vélo cargo. Quasiment inconnu à Bruxelles il y a encore cinq ans, il représente aujourd'hui 4% des deux roues comptabilisés en heure de pointe, relève l'Observatoire. Il est même devenu le dispositif le plus prisé par les familles qui roulent avec enfant. De 12% en 2018, les cargos familiaux dépassent désormais les 30% des vélos équipés pour le transport d'enfants en 2019. Les sièges-enfant, follow-me et troisième-roue se partagent les 70% restants. Enfin, l'aménagement des voiries avec des infrastructures de qualité a un impact positif sur le flux des cyclistes. Bruxelles Mobilité cite l'exemple de l'avenue Franklin Roosevelt. Désormais aménagée d'une piste cyclable séparée, la fréquentation s'y est intensifiée de 68% entre 2016 et 2019. "Il y a encore beaucoup de travail à faire, en termes d'infrastructures et de sécurisation du stationnement, pour rendre le vélo accessible à tous, particulièrement dans les quartiers les plus précarisés", concède Elke Van den Brandt, ministre bruxelloise de la Mobilité. "Mais nous sommes en chemin et nous n'avons jamais été aussi motivés!" Parallèlement au développement d'infrastructures, la priorité de la politique cyclable doit être donnée à la limitation et à l'apaisement du trafic dans les quartiers, afin de permettre une cohabitation entre les modes de transports en toute sécurité, conclut l'Observatoire.