La première semaine de janvier, le variant anglais concernait 9% des contaminations. Le pourcentage a donc doublé. Mais cela ne doit, selon Yves Van Laethem, pas changer fondamentalement la gestion de l'épidémie. "Les mêmes techniques pour éviter les transmissions doivent être appliquées", souligne-t-il, en conseillant tout de même de le faire "encore plus rigoureusement". Le variant sud-africain se limite quant à lui essentiellement à plusieurs foyers de contamination à Ostende. Au 24 janvier, 91 cas avaient été détectés dans le pays. (Belga)

La première semaine de janvier, le variant anglais concernait 9% des contaminations. Le pourcentage a donc doublé. Mais cela ne doit, selon Yves Van Laethem, pas changer fondamentalement la gestion de l'épidémie. "Les mêmes techniques pour éviter les transmissions doivent être appliquées", souligne-t-il, en conseillant tout de même de le faire "encore plus rigoureusement". Le variant sud-africain se limite quant à lui essentiellement à plusieurs foyers de contamination à Ostende. Au 24 janvier, 91 cas avaient été détectés dans le pays. (Belga)