Le public découvrira une reconstitution du tombeau du jeune pharaon tel qu'il a été découvert par Howard Carter, a indiqué vendredi René Schyns, commissaire général de l'exposition, pour Europa Expo.

Après l'exposition "Toutankhamon, le Trésor du Pharaon" présentée à Paris, Liège accueille "Toutankhamon, à la découverte du pharaon oublié". Ce jeune pharaon au destin tragique doit sa notoriété à la découverte de son tombeau par l'archéologue britannique Howard Carter en novembre 1922. Aujourd'hui encore, il exerce une certaine fascination. Cette exposition est présentée comme la plus ambitieuse consacrée à Toutankhamon jamais réalisée en Belgique dans le sens où, à travers des reconstitutions d'objets et de décors, elle emmène le visiteur, au coeur de l'Egypte ancienne, à suivre Howard Carter dans sa quête.

L'exposition met en lumière les indices archéologiques et les événements qui ont mené à la découverte des premières marches du tombeau de Toutankhamon, le 22 novembre 1922. Un espace est d'ailleurs entièrement dédié au tombeau qui a été reconstitué à l'identique sur base des photos de l'époque. On y voit ainsi les trois espaces qui le composaient: l'antichambre avec divers objets en or, la chambre funéraire qui renfermait le sarcophage contenant le jeune pharaon et l'annexe où se trouvait notamment le coffre canope, c'est-à-dire là où avaient été placées les viscères du pharaon. "Carter a mis cinq ans pour trouver le tombeau de Toutankhamon puis 10 ans pour le vider. Environ 4.500 objets se trouvaient dans la tombe. Carter les a tous décrits et fait photographier", précise Dimitri Laboury, commissaire scientifique.

L'ensemble du tombeau a été reconstitué et ce, jusqu'aux décorations murales et moisissures qui couvraient les murs. "Cela a été reconstitué en suivant les techniques et procédures de l'époque." L'exposition révèle également les techniques utilisées par Carter pour vider le tombeau. Un film explique, par exemple, qu'il a découvert quelque 200 objets sous les bandes qui entouraient le corps.

On y découvre aussi une reproduction d'une partie du palais royal et la réplique de l'atelier de Touthmose, sculpteur officiel de la royauté. Il s'agit de deux premières mondiales.

A côté des objets et décors réalisés par des artisans à Liège, d'autres objets reconstitués et des originaux proviennent des ateliers du musée du Caire et de collections privées.

Le public découvrira une reconstitution du tombeau du jeune pharaon tel qu'il a été découvert par Howard Carter, a indiqué vendredi René Schyns, commissaire général de l'exposition, pour Europa Expo.Après l'exposition "Toutankhamon, le Trésor du Pharaon" présentée à Paris, Liège accueille "Toutankhamon, à la découverte du pharaon oublié". Ce jeune pharaon au destin tragique doit sa notoriété à la découverte de son tombeau par l'archéologue britannique Howard Carter en novembre 1922. Aujourd'hui encore, il exerce une certaine fascination. Cette exposition est présentée comme la plus ambitieuse consacrée à Toutankhamon jamais réalisée en Belgique dans le sens où, à travers des reconstitutions d'objets et de décors, elle emmène le visiteur, au coeur de l'Egypte ancienne, à suivre Howard Carter dans sa quête. L'exposition met en lumière les indices archéologiques et les événements qui ont mené à la découverte des premières marches du tombeau de Toutankhamon, le 22 novembre 1922. Un espace est d'ailleurs entièrement dédié au tombeau qui a été reconstitué à l'identique sur base des photos de l'époque. On y voit ainsi les trois espaces qui le composaient: l'antichambre avec divers objets en or, la chambre funéraire qui renfermait le sarcophage contenant le jeune pharaon et l'annexe où se trouvait notamment le coffre canope, c'est-à-dire là où avaient été placées les viscères du pharaon. "Carter a mis cinq ans pour trouver le tombeau de Toutankhamon puis 10 ans pour le vider. Environ 4.500 objets se trouvaient dans la tombe. Carter les a tous décrits et fait photographier", précise Dimitri Laboury, commissaire scientifique. L'ensemble du tombeau a été reconstitué et ce, jusqu'aux décorations murales et moisissures qui couvraient les murs. "Cela a été reconstitué en suivant les techniques et procédures de l'époque." L'exposition révèle également les techniques utilisées par Carter pour vider le tombeau. Un film explique, par exemple, qu'il a découvert quelque 200 objets sous les bandes qui entouraient le corps. On y découvre aussi une reproduction d'une partie du palais royal et la réplique de l'atelier de Touthmose, sculpteur officiel de la royauté. Il s'agit de deux premières mondiales. A côté des objets et décors réalisés par des artisans à Liège, d'autres objets reconstitués et des originaux proviennent des ateliers du musée du Caire et de collections privées.