Une équipe scientifique a réalisé le séquençage du génome de l'animal grâce à un spécimen de bébé tigre, en fait un marsupial également connu sous l'appellation thylacine, conservé depuis une centaine d'années dans un bocal. L'animal était très répandu dans toute l'Australie continentale avant sa disparition il y a environ 3.000 ans, probablement à cause de la sécheresse. Il a résisté plus longtemps dans l'île méridionale de Tasmanie, jusqu'en 1936. A cette date, le dernier spécimen connu est mort dans un zoo de Hobart. L'étude, publiée dans la revue Nature Ecology and Evolution, révèle que la diversité génétique de l'animal s'est dégradée il y a plus de 70.000 ans, bien avant l'arrivée des premiers humains en Australie. Les scientifiques estiment que les Aborigènes sont là depuis environ 65.000 ans. "Notre espoir est que le thylacine nous en dise beaucoup sur les fondements génétiques de son extinction, afin de venir en aide à d'autres espèces", déclare Andrew Pask, biologiste à l'Université de Melbourne et co-auteur de l'étude. (Belga)

Une équipe scientifique a réalisé le séquençage du génome de l'animal grâce à un spécimen de bébé tigre, en fait un marsupial également connu sous l'appellation thylacine, conservé depuis une centaine d'années dans un bocal. L'animal était très répandu dans toute l'Australie continentale avant sa disparition il y a environ 3.000 ans, probablement à cause de la sécheresse. Il a résisté plus longtemps dans l'île méridionale de Tasmanie, jusqu'en 1936. A cette date, le dernier spécimen connu est mort dans un zoo de Hobart. L'étude, publiée dans la revue Nature Ecology and Evolution, révèle que la diversité génétique de l'animal s'est dégradée il y a plus de 70.000 ans, bien avant l'arrivée des premiers humains en Australie. Les scientifiques estiment que les Aborigènes sont là depuis environ 65.000 ans. "Notre espoir est que le thylacine nous en dise beaucoup sur les fondements génétiques de son extinction, afin de venir en aide à d'autres espèces", déclare Andrew Pask, biologiste à l'Université de Melbourne et co-auteur de l'étude. (Belga)