Cette loi, adoptée en mai par un Sénat et une Chambre des représentants dominés par les républicains dans cet Etat du sud, permet à toute personne âgée de 21 ans ou plus et n'étant pas visée par une interdiction de détenir une arme à feu d'en porter une en public sans permis. Elle doit entrer en vigueur le 1er septembre. Le texte considère que les Constitutions des Etats-Unis et du Texas autorisent les citoyens à porter une arme à feu et que, par conséquent, il devrait y avoir moins d'obstacles en la matière. Le gouverneur Greg Abbott compte présider une cérémonie de promulgation du texte jeudi, d'après le journal Texas Tribune. Il avait fait savoir qu'il promulguerait la loi si le texte était voté par les deux chambres. "C'est quelque chose qu'une vingtaine d'autres Etats ont adopté, et il est temps que le Texas l'adopte aussi", avait-il déclaré en avril sur la radio locale WBAP. Mais les opposants, en particulier les démocrates au Texas et dans l'ensemble du pays, ont affirmé qu'un assouplissement des règles sur les armes à feu allait générer davantage de violence. Ils ont notamment cité en exemple la fusillade dans la capitale texane Austin ayant fait un mort et treize blessés la semaine dernière, ainsi que celle dans un supermarché d'El Paso en 2019 qui avait fait 22 morts et 23 blessés. L'élue texane à la Chambre des représentants des Etats-Unis Veronica Escobar a estimé mercredi que M. Abbott avait "choisi de trahir les victimes de la violence par armes à feu" en promulguant la loi. "Malgré un soutien important pour une législation visant à prévenir la violence par armes à feu, les Républicains, menés par un gouverneur couard, sont davantage intéressés d'attirer l'attention du lobby des armes qu'ils ne le sont de prévenir la violence par armes à feu et de rendre hommage aux victimes et aux survivants d'El Paso et à travers le Texas", a-t-elle tweeté. La représentante Vikki Goodwin avait demandé lundi au gouverneur d'opposer son véto à la loi après la fusillade à Austin. "Nous devons intervenir pour briser ce cercle vicieux", a-t-elle indiqué. (Belga)

Cette loi, adoptée en mai par un Sénat et une Chambre des représentants dominés par les républicains dans cet Etat du sud, permet à toute personne âgée de 21 ans ou plus et n'étant pas visée par une interdiction de détenir une arme à feu d'en porter une en public sans permis. Elle doit entrer en vigueur le 1er septembre. Le texte considère que les Constitutions des Etats-Unis et du Texas autorisent les citoyens à porter une arme à feu et que, par conséquent, il devrait y avoir moins d'obstacles en la matière. Le gouverneur Greg Abbott compte présider une cérémonie de promulgation du texte jeudi, d'après le journal Texas Tribune. Il avait fait savoir qu'il promulguerait la loi si le texte était voté par les deux chambres. "C'est quelque chose qu'une vingtaine d'autres Etats ont adopté, et il est temps que le Texas l'adopte aussi", avait-il déclaré en avril sur la radio locale WBAP. Mais les opposants, en particulier les démocrates au Texas et dans l'ensemble du pays, ont affirmé qu'un assouplissement des règles sur les armes à feu allait générer davantage de violence. Ils ont notamment cité en exemple la fusillade dans la capitale texane Austin ayant fait un mort et treize blessés la semaine dernière, ainsi que celle dans un supermarché d'El Paso en 2019 qui avait fait 22 morts et 23 blessés. L'élue texane à la Chambre des représentants des Etats-Unis Veronica Escobar a estimé mercredi que M. Abbott avait "choisi de trahir les victimes de la violence par armes à feu" en promulguant la loi. "Malgré un soutien important pour une législation visant à prévenir la violence par armes à feu, les Républicains, menés par un gouverneur couard, sont davantage intéressés d'attirer l'attention du lobby des armes qu'ils ne le sont de prévenir la violence par armes à feu et de rendre hommage aux victimes et aux survivants d'El Paso et à travers le Texas", a-t-elle tweeté. La représentante Vikki Goodwin avait demandé lundi au gouverneur d'opposer son véto à la loi après la fusillade à Austin. "Nous devons intervenir pour briser ce cercle vicieux", a-t-elle indiqué. (Belga)