Robert Sparks, 45 ans, a été déclaré mort à 18H39 locales (23H39 GMT) dans un pénitencier texan. Il avait été condamné en 2008 à la peine capitale pour avoir lacéré de coups de poignard sa femme, ainsi que les deux garçons de cette dernière âgés de 9 et 10 ans, avant de violer ses belles-filles, des adolescentes de 12 et 14 ans, en pleine nuit dans leur domicile de Dallas. Peu après les meurtres, il avait expliqué s'être vengé parce que, selon lui, son épouse cherchait à l'empoisonner. Dans un ultime recours, ses avocats avaient demandé à la Cour suprême des Etats-Unis de suspendre son exécution, au motif qu'il souffrait de retard intellectuel et de psychose, ce qui, selon eux, le rendait inéligible à la peine de mort. Ils soulignaient également que son procès avait été entaché par le choix d'un huissier de porter une cravate noire avec une seringue blanche comme motif, ce qui selon eux pouvait influencer les jurés. A quelques heures de l'exécution, la haute juridiction a rejeté leur requête. La juge Sonia Sotomayor a qualifié de "perturbant" le choix de l'huissier, mais a souligné que rien ne prouvait que les jurés aient vu sa cravate. Elle a toutefois appelé les juges à exiger, à l'avenir, le retrait de vêtements litigieux ou de ceux qui les portent. Robert Sparks est la 7e personne exécutée au Texas depuis le 1er janvier et la 16e aux Etats-Unis. (Belga)