En réponse à une question orale de Caroline Cassart-Mailleux (MR), le ministre wallon de la Mobilité, Philippe Henry (Ecolo) a indiqué que 395 procès-verbaux avaient été adressés aux chauffeurs des TEC en 2009. Il a ajouté que 145 d'entre eux s'adressaient au TEC Charleroi.

Des chiffres à relativiser "Il convient de mettre en perspective ces infractions puisque les chiffres correspondent, dans le pire des cas relevé, celui du TEC Charleroi, à une infraction par agent et par 5 années de prestations", a-t-il toutefois relativisé.

Caroline Cassart-Mailleux, députée wallonne, a elle aussi nuancé les chiffres en insistant sur les conditions difficiles dans lesquelles les agents doivent exercer leur métier. Toutefois, elle estime qu'une attention particulière doit être portée à la sécurité des passagers. Elle plaide également pour une uniformisation des règles des TEC lorsqu'une amende doit être payée.

En effet, l'imputation de l'amende varie d'un TEC à l'autre en fonction de conventions sociales. Le TEC Charleroi prend la moitié de l'amende en charge tandis que Liège-Verviers et le Hainaut prennent la totalité. Quant à Namur-Luxembourg, il n'intervient qu'en cas de contravention afin de rattraper la vitesse commerciale après un incident sur la route.

Lorsqu'un chauffeur commet plusieurs infractions pendant une période d'observation de 3 ans, il est alors assisté par le moniteur de conduite de son TEC.

Le nombre de procès-verbaux pour non respect de la signalisation s'élevait à 87 en 2009 - les données de Charleroi étant toutefois manquantes - et le nombre de procès-verbaux pour l'usage du GSM au volant était de 88.

Le Vif.be, avec Belga

En réponse à une question orale de Caroline Cassart-Mailleux (MR), le ministre wallon de la Mobilité, Philippe Henry (Ecolo) a indiqué que 395 procès-verbaux avaient été adressés aux chauffeurs des TEC en 2009. Il a ajouté que 145 d'entre eux s'adressaient au TEC Charleroi. Des chiffres à relativiser "Il convient de mettre en perspective ces infractions puisque les chiffres correspondent, dans le pire des cas relevé, celui du TEC Charleroi, à une infraction par agent et par 5 années de prestations", a-t-il toutefois relativisé. Caroline Cassart-Mailleux, députée wallonne, a elle aussi nuancé les chiffres en insistant sur les conditions difficiles dans lesquelles les agents doivent exercer leur métier. Toutefois, elle estime qu'une attention particulière doit être portée à la sécurité des passagers. Elle plaide également pour une uniformisation des règles des TEC lorsqu'une amende doit être payée. En effet, l'imputation de l'amende varie d'un TEC à l'autre en fonction de conventions sociales. Le TEC Charleroi prend la moitié de l'amende en charge tandis que Liège-Verviers et le Hainaut prennent la totalité. Quant à Namur-Luxembourg, il n'intervient qu'en cas de contravention afin de rattraper la vitesse commerciale après un incident sur la route. Lorsqu'un chauffeur commet plusieurs infractions pendant une période d'observation de 3 ans, il est alors assisté par le moniteur de conduite de son TEC. Le nombre de procès-verbaux pour non respect de la signalisation s'élevait à 87 en 2009 - les données de Charleroi étant toutefois manquantes - et le nombre de procès-verbaux pour l'usage du GSM au volant était de 88. Le Vif.be, avec Belga