Sur les 204 villes et communes participants au test, 73 y ont pris part pour la première fois. Ce contrôle à grande échelle a permis d'évaluer "la capacité et la vitesse de transmission des messages pendant un important pic d'activité du système", explique le centre de crise. Quelques problèmes techniques sont apparus mais "le test s'est déroulé sans anicroche et les messages sont arrivés rapidement à destination". Les résultats seront analysés au cours des prochaines semaines. Par ailleurs, des messages ont également été envoyés sur base géographique.

Toutes les personnes munies d'un GSM dans les zones sélectionnées ont reçu un avertissement, même si elles n'étaient pas inscrites à Be-Alert. Au total, 181.667 communications de ce type ont été envoyées. Plus de 627.000 adresses sont enregistrées sur la plateforme d'alarme à laquelle 80% des villes et communes belges sont connectées. Ces deux dernières années, la population a été avertie dans 135 situations d'urgence grâce à ce système, soit lors d'incendies, d'eau impropre à la consommation, de coupures d'électricité...