"Les exportations de viande porcine belge vers des pays hors Union seront à nouveau possible", se réjouit la présidente du Boerenbond, Sonja De Becker. "Le statut nous rendrait également moins dépendants des prix en Allemagne", poursuit-elle. Le virus a en effet récemment touché notre voisin, premier producteur de viande porcine en Europe. Le pays avait alors été frappé de plusieurs interdictions d'exportation, le marché européen avait été inondé et les prix avaient chuté. Le syndicat flamand préconise cependant "une politique de gestion approfondie des sangliers afin d'éviter que la maladie ne se propage dans notre pays". Le virus, inoffensif pour les humains mais mortel pour les porcs domestiques et les sangliers, était apparu dans le sud de la province de Luxembourg en septembre 2018. De nombreux pays avaient alors fermé leurs frontières à la viande de porc belge. La Belgique a introduit deux demandes, auprès de l'Organisation mondiale de la santé animale et de la Commission européenne, et doit prouver que la maladie a disparu de son territoire depuis au moins un an. Les autorités espèrent une réponse positive en novembre. (Belga)

"Les exportations de viande porcine belge vers des pays hors Union seront à nouveau possible", se réjouit la présidente du Boerenbond, Sonja De Becker. "Le statut nous rendrait également moins dépendants des prix en Allemagne", poursuit-elle. Le virus a en effet récemment touché notre voisin, premier producteur de viande porcine en Europe. Le pays avait alors été frappé de plusieurs interdictions d'exportation, le marché européen avait été inondé et les prix avaient chuté. Le syndicat flamand préconise cependant "une politique de gestion approfondie des sangliers afin d'éviter que la maladie ne se propage dans notre pays". Le virus, inoffensif pour les humains mais mortel pour les porcs domestiques et les sangliers, était apparu dans le sud de la province de Luxembourg en septembre 2018. De nombreux pays avaient alors fermé leurs frontières à la viande de porc belge. La Belgique a introduit deux demandes, auprès de l'Organisation mondiale de la santé animale et de la Commission européenne, et doit prouver que la maladie a disparu de son territoire depuis au moins un an. Les autorités espèrent une réponse positive en novembre. (Belga)