"L'avenir de Jérusalem est quelque chose qui doit être négocié avec Israël et les Palestiniens assis côte à côte dans des négociations directes", a dit M. Mladenov lors d'une conférence à Jérusalem. Le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, "s'est exprimé à de nombreuses reprises, y compris sur ce sujet, et il a dit que nous devons tous nous montrer très prudents quant à ce que nous faisons", a-t-il fait valoir. "Nous observons avec préoccupation les informations que nous avons entendues", a pour sa part réagi Boris Johnson, le chef de la diplomatie britannique, en arrivant à une réunion de l'Otan. "Nous pensons que Jérusalem devrait, évidemment, faire partie d'une solution définitive (au conflit) entre Israéliens et Palestiniens, une solution négociée", a-t-il insisté. "Nous-mêmes n'avons pas l'intention de déplacer notre ambassade", a également tenu à préciser le ministre britannique. La Chine s'est également déclarée "inquiète" du projet du président américain Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël et a dit craindre une "escalade" dans la région. Le président américain devrait reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël dans une intervention prévue ce mercredi à 18h00 GMT (19h00 heure belge), rompant avec des décennies de diplomatie américaine et internationale. (Belga)

"L'avenir de Jérusalem est quelque chose qui doit être négocié avec Israël et les Palestiniens assis côte à côte dans des négociations directes", a dit M. Mladenov lors d'une conférence à Jérusalem. Le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, "s'est exprimé à de nombreuses reprises, y compris sur ce sujet, et il a dit que nous devons tous nous montrer très prudents quant à ce que nous faisons", a-t-il fait valoir. "Nous observons avec préoccupation les informations que nous avons entendues", a pour sa part réagi Boris Johnson, le chef de la diplomatie britannique, en arrivant à une réunion de l'Otan. "Nous pensons que Jérusalem devrait, évidemment, faire partie d'une solution définitive (au conflit) entre Israéliens et Palestiniens, une solution négociée", a-t-il insisté. "Nous-mêmes n'avons pas l'intention de déplacer notre ambassade", a également tenu à préciser le ministre britannique. La Chine s'est également déclarée "inquiète" du projet du président américain Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël et a dit craindre une "escalade" dans la région. Le président américain devrait reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël dans une intervention prévue ce mercredi à 18h00 GMT (19h00 heure belge), rompant avec des décennies de diplomatie américaine et internationale. (Belga)