Les chiffres du baromètre de motivation montrent que le soutien motivationnel est maintenant plus bas qu'en novembre et beaucoup plus bas qu'en mars de l'année dernière. L'évolution est similaire pour ce qui est du suivi des mesures. La conscience du risque est également plus faible aujourd'hui qu'à la mi-octobre, lorsque les taux d'hospitalisation étaient tout aussi élevés qu'aujourd'hui. Pour les experts du groupe du groupe Corona et Psychologie, "cela suggère que nous nous détachons davantage, ou qu'une accoutumance, voire de la fatigue, se sont insinuées. En t...

Les chiffres du baromètre de motivation montrent que le soutien motivationnel est maintenant plus bas qu'en novembre et beaucoup plus bas qu'en mars de l'année dernière. L'évolution est similaire pour ce qui est du suivi des mesures. La conscience du risque est également plus faible aujourd'hui qu'à la mi-octobre, lorsque les taux d'hospitalisation étaient tout aussi élevés qu'aujourd'hui. Pour les experts du groupe du groupe Corona et Psychologie, "cela suggère que nous nous détachons davantage, ou qu'une accoutumance, voire de la fatigue, se sont insinuées. En tout état de cause, la motivation par rapport à l'adhésion aux mesures est faible". Pour les experts, il est possible de renforcer la base de soutien aux mesures en renforçant la sensibilisation aux risques. "Souligner les risques sanitaires accrus auxquels les gens sont confrontés et la pression renforcée sur le système de soins de santé. Montrer par des exemples concrets combien de personnes découvrent qu'elles sont infectées. De tels exemples sont beaucoup plus parlants que la description verbale d'une contamination accrue de 50 % par le variant britannique. Cela garantit une prise de conscience plus réaliste des risques, car la population sousestime la fragilité de la situation". Le rapport estime que le gouvernement doit réaffirmer la confiance dans la population et dans les mesures, en fournissant "un message qui crée un lien social et qui met en évidence un objectif commun que nous pouvons atteindre ensemble. Inclure un rôle d'accompagnement par le biais de moments de communication fixes au cours desquels le Premier ministre/ministre accompagné des experts décrivent la situation, indiquent la direction dans laquelle nous allons, les ajustements nécessaires, les effets de l'action ou de l'absence d'action (par le biais de visuels didactiques), et permettent à des citoyens identifiables de faire état de leurs questions, de leurs difficultés, de fournir des exemples parlants et de raconter leurs initiatives de renforcement des liens sociaux. Offrir une perspective axée sur les objectifs plutôt que sur les dates Pour le groupe d'experts, il faut "éviter de faire des promesses concernant la durée précise pendant laquelle des mesures plus strictes devront être appliquées, avec le risque que les dates ne pourront pas être respectées ultérieurement". Il faut plutôt opter pour "une perspective qui mette en exergue l'objectif, dans laquelle un calendrier provisoire est donné. Clarifier les étapes intermédiaires si la perspective finale liée à l'objectif couvre une période trop longue. Souligner l'importance déterminante de notre comportement comme facteur clé pour atteindre cet objectif".