Les deux hommes se sont déjà téléphoné à deux reprises, mais ce sommet est l'occasion pour les deux superpuissances de poursuivre le dialogue, au moment où les relations entre Pékin et Washington sont au plus bas sur toute une série de sujets, du commerce aux droits humains en passant par les ambitions régionales de la Chine. Le principe de cette rencontre, la première en visioconférence depuis l'arrivée au pouvoir du démocrate en janvier, avait été annoncé début octobre par la Maison Blanche. La réunion est théoriquement prévue lundi selon CNN et Politico, qui citent des sources anonymes. Interrogé jeudi lors d'un briefing de presse, le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères Wang Wenbin a rappelé que les deux chefs d'Etat avaient "convenu de maintenir de fréquents contacts par des moyens multiples". "Actuellement, la Chine et les Etats-Unis sont en étroite communication à propos des arrangements spécifiques pour le sommet des dirigeants", a-t-il ajouté. C'est à Anchorage, en Alaska, que les Etats-Unis et la Chine avaient organisé en mars leur premier face-à-face depuis l'arrivée à la Maison Blanche de Joe Biden. La rencontre avait donné lieu au déballage inédit des profonds désaccords entre les deux premières puissances mondiales. Les tensions sont encore montées d'un cran ces dernières semaines au sujet du sort de Taïwan, que les autorités chinoises considèrent comme une province qui doit revenir dans leur giron. Le président chinois Xi Jinping a mis en garde jeudi contre un contexte digne de la "guerre froide", au sein de la région Asie-Pacifique, où les Etats-Unis cherchent à contrer les ambitions de Pékin. Le dirigeant chinois s'était toutefois dit "prêt à travailler" avec les Etats-Unis. Joe Biden assure aussi vouloir coopérer avec les autorités chinoises sur certains défis communs comme le climat. Sur ce dossier, Pékin et Washington annoncé mercredi à Glasgow leur intention de redoubler conjointement d'efforts pour lutter contre le réchauffement climatique. (Belga)

Les deux hommes se sont déjà téléphoné à deux reprises, mais ce sommet est l'occasion pour les deux superpuissances de poursuivre le dialogue, au moment où les relations entre Pékin et Washington sont au plus bas sur toute une série de sujets, du commerce aux droits humains en passant par les ambitions régionales de la Chine. Le principe de cette rencontre, la première en visioconférence depuis l'arrivée au pouvoir du démocrate en janvier, avait été annoncé début octobre par la Maison Blanche. La réunion est théoriquement prévue lundi selon CNN et Politico, qui citent des sources anonymes. Interrogé jeudi lors d'un briefing de presse, le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères Wang Wenbin a rappelé que les deux chefs d'Etat avaient "convenu de maintenir de fréquents contacts par des moyens multiples". "Actuellement, la Chine et les Etats-Unis sont en étroite communication à propos des arrangements spécifiques pour le sommet des dirigeants", a-t-il ajouté. C'est à Anchorage, en Alaska, que les Etats-Unis et la Chine avaient organisé en mars leur premier face-à-face depuis l'arrivée à la Maison Blanche de Joe Biden. La rencontre avait donné lieu au déballage inédit des profonds désaccords entre les deux premières puissances mondiales. Les tensions sont encore montées d'un cran ces dernières semaines au sujet du sort de Taïwan, que les autorités chinoises considèrent comme une province qui doit revenir dans leur giron. Le président chinois Xi Jinping a mis en garde jeudi contre un contexte digne de la "guerre froide", au sein de la région Asie-Pacifique, où les Etats-Unis cherchent à contrer les ambitions de Pékin. Le dirigeant chinois s'était toutefois dit "prêt à travailler" avec les Etats-Unis. Joe Biden assure aussi vouloir coopérer avec les autorités chinoises sur certains défis communs comme le climat. Sur ce dossier, Pékin et Washington annoncé mercredi à Glasgow leur intention de redoubler conjointement d'efforts pour lutter contre le réchauffement climatique. (Belga)