Alors qu'il aurait dû commencer vers 18h00, le sommet a été repoussé de près de deux heures afin de permettre la poursuite de consultations entre M. Tusk et les dirigeants de plusieurs Etats membres. Les chefs d'État et de gouvernement doivent tenter de s'accorder pour désigner les prochains présidents de la Commission, du Conseil et de la Banque centrale européenne (BCE), mais aussi le futur haut représentant de l'UE pour les Affaires étrangères. Les discussions s'annoncent très complexes, a reconnu la chancelière allemande Angela Merkel. Si le président français, Emmanuel Macron, ou encore le Premier ministre luxembourgeois, Xavier Bettel - tous deux issus de la famille libérale - se montrent optimistes quant à la possibilité de trouver un accord, d'autres l'étaient beaucoup moins. Les dirigeants irlandais, Leo Varadkar, et letton, Krisjanis Karins - qui appartiennent au PPE - ont notamment affirmé ne pas être certains qu'une solution émergera ce dimanche. (Belga)

Alors qu'il aurait dû commencer vers 18h00, le sommet a été repoussé de près de deux heures afin de permettre la poursuite de consultations entre M. Tusk et les dirigeants de plusieurs Etats membres. Les chefs d'État et de gouvernement doivent tenter de s'accorder pour désigner les prochains présidents de la Commission, du Conseil et de la Banque centrale européenne (BCE), mais aussi le futur haut représentant de l'UE pour les Affaires étrangères. Les discussions s'annoncent très complexes, a reconnu la chancelière allemande Angela Merkel. Si le président français, Emmanuel Macron, ou encore le Premier ministre luxembourgeois, Xavier Bettel - tous deux issus de la famille libérale - se montrent optimistes quant à la possibilité de trouver un accord, d'autres l'étaient beaucoup moins. Les dirigeants irlandais, Leo Varadkar, et letton, Krisjanis Karins - qui appartiennent au PPE - ont notamment affirmé ne pas être certains qu'une solution émergera ce dimanche. (Belga)