"La vie est faite d'étonnements. Je dois dire que la position dans laquelle je me trouve n'est pas celle à laquelle spontanément je m'attendais", a d'emblée plaisanté le nouveau président du parlement en assurant par ailleurs qu'il se battra pour "défendre la démocratie, le parlement et une Région composée de femmes et d'hommes qui se lèvent le matin pour gagner leur vie".

"La population a des attentes essentielles, notamment en matière climatique et sociale. Nous avons la responsabilité, au sein de ce parlement, de les transformer en choses concrètes", a-t-il ajouté.

Au terme de cette première et brève allocution, les ministres ont prêté serment, Elio Di Rupo ouvrant le bal en tant que nouveau ministre-président, un poste qu'il occupe pour la 3e fois de sa carrière.

"Mon intention est de rester 5 ans à Namur pour travailler au redressement, à la transition de la Wallonie sur un plan écologique, social et économique", a notamment déclaré le nouveau ministre-président à l'issue des prestations de serment. "Ça demandera du travail, de la connaissance et une solide expérience. Je pense modestement que cette expérience, je l'ai, mais il y a aussi l'énergie et le savoir-faire de la jeunesse. Je suis vraiment ravi de la composition de ce gouvernement", a-t-il poursuivi.

Aux côtés d'Elio Di Rupo, la socialiste liégeoise Christie Morreale a été désignée vice-Présidente et ministre de l'Emploi, de l'Action sociale, de la Santé et de l'Égalité des chances tandis que Pierre-Yves Dermagne, l'ancien chef de file PS au parlement régional, a récupéré le portefeuille des Pouvoirs locaux et du Logement.

Dans les rangs du MR, le ministre-président sortant, Willy Borsus, a été nommé Vice-président et ministre en charge de l'Économie, du Commerce extérieur, de la Recherche et de l'Innovation, du Numérique, de l'Aménagement du territoire, et de l'Agriculture. Des fonctions qui lui permettront de s'atteler "au développement socio-économique de la Région" tout en se faisant "l'avocat de l'ensemble de la déclaration de politique régionale", a-t-il affirmé.

Jean-Luc Crucke hérite pour sa part du Budget et des Finances, des Aéroports et des Infrastructures sportives, Valérie De Bue devenant ministre de la Fonction publique, de l'Informatique, de la Simplification administrative, en charge des Allocations familiales, du Tourisme, du Patrimoine et de la Sécurité routière.

Enfin, chez Ecolo, la secrétaire générale d'Inter-Environnement Wallonie, Céline Tellier a décroché le portefeuille de l'Environnement, de la Nature, du Bien-être animal et de la Rénovation rurale. "Je ne 'y attendais pas du tout mais c'est l'occasion de faire un pas en avant pour l'écologie et la diversité", a-t-elle commenté alors que le nouvel exécutif régional ets composé de 3 femmes - une par parti -et de 5 hommes.

Quant à Philippe Henry, il a finalement été préféré à Manu Di Sabato au poste de ministre du Climat, de la Mobilité, des Infrastructures et de l'Energie.

"Nous nous réjouissons d'avoir enfin un gouvernement, après 3 mois de négociations", a de son côté déclaré François Desquesnes, le chef de file du cdH, désormais dans l'opposition. "La déclaration de politique régionale est très ambitieuse mais elle pose question car les mesures qu'elle contient ne sont pas chiffrées. Or, on sait que le budget wallon est très serré et que nous avons des obligations, notamment vis-à-vis de l'Europe", a-t-il ajouté.

Au terme de cette première étape namuroise, Elio Di Rupo doit se rendre à Bruxelles où il prêtera serment devant le roi. Retour dans la capitale wallonne ensuite pour la passation de pouvoir officielle prévue à 13h30 à l'Elysette avant une présentation de la déclaration de politique régionale aux députés.