Le collectif indique qu'il a rendu le site inactif en protestation contre la semaine de 45 heures, portée par le ministre de l'Emploi Kris Peeters (CD&V). Il souligne par ailleurs ne pas être affaibli par l'interpellation de certains de ses membres. Plusieurs membres présumés ont en effet été interpellés en avril.

Down-Sec s'en est pris ces derniers mois à plusieurs sites, notamment celui du Premier ministre Charles Michel et de l'agence fédérale du contrôle nucléaire (AFCN).

Le collectif indique qu'il a rendu le site inactif en protestation contre la semaine de 45 heures, portée par le ministre de l'Emploi Kris Peeters (CD&V). Il souligne par ailleurs ne pas être affaibli par l'interpellation de certains de ses membres. Plusieurs membres présumés ont en effet été interpellés en avril. Down-Sec s'en est pris ces derniers mois à plusieurs sites, notamment celui du Premier ministre Charles Michel et de l'agence fédérale du contrôle nucléaire (AFCN).