"On est vraiment sur un objectif de très grande piétonnisation", a souligné la maire de Paris: "On va avoir un jardin extraordinaire pour réentendre le chant des oiseaux". Ces aménagements, pour lesquels un appel d'offre international avait été lancé en 2018, sont prévus pour avant les Jeux Olympiques de 2024. Le projet de l'architecte paysagiste américaine Kathryn Gustafson, baptisé "One", a été retenu. Ainsi, les voitures ne pourront plus accéder au pont d'Iéna qui deviendra piéton avec un accès pour les transports en commun et les transports doux. Le nombre de voies pour les voitures Quai Branly passera de quatre à deux, dans une zone limitée à 20 kilomètres heure où les piétons seront prioritaires. A la fin des JO, un second espace de travaux sera ouvert sur le Champ de Mars, de la place Jacques Rueff à l'école militaire. "C'est un tout cohérent qui devient un espace de promenade, de déambulation, de respiration", a souligné Anne Hidalgo. Kathryn Gustafson a remporté l'appel à projets "Site Tour Eiffel - découvrir, approcher, visiter" lancé par la ville de Paris, pour lequel quatre équipes avaient posé leur candidature. "On peut arriver à créer le plus grand espace de jardin de Paris", avec "beaucoup plus de biodiversité, beaucoup plus d'écologie", a-t-elle expliqué à l'annonce de sa victoire. Kathryn Gustafson est notamment à l'origine du projet de la Fontaine commémorative de Diana, Princesse de Galles, à Londres. En tout, 54 hectares sont concernés et l'aménagement doit coûter 72 millions d'euros toutes taxes comprises. Les travaux commenceront fin 2020/début 2021 et s'arrêteront en 2023, une fois la partie Trocadéro jusqu'à la place Jacques Rueff délivrée. Après une pause lors des Jeux Olympiques, ils reprendront fin 2024 entre la place Jacques Rueff et l'école militaire pour une livraison finale en 2030. Chaque année, sept millions de personnes visitent la Tour Eiffel et plus de 20 millions viennent la voir sans y monter. Le monument parisien a fêté son 130e anniversaire cette année. (Belga)