Philippe Goffin était le deuxième membre du gouvernement fédéral en place lors de la première vague de la pandémie de covid-19 en 2020 à être entendu par la commission spéciale, après l'ancienne Première ministre Sophie Wilmès. Redevenu député, il est notamment revenu sur le marché public passé par la Défense pour fournir des masques en tissu à la population. Ceux-ci ont été distribués via les pharmacies. La Direction générale des Ressources matérielles (DGMR) de la Défense avait scindé cette commande en deux: quinze millions auprès la société luxembourgeoise Avrox - qui les avait livré avec retard - pour un montant de 37,5 millions d'euros hors TVA (à 2,5 euros pièce, livraison comprise) et trois millions auprès de la firme gantoise Tweeds & Cotton, qui les avait pour sa part fourni dans les délais prévus. Les montants mobilisés l'ont été via la provision interdépartementale corona, et non via le budget de la Défense. "Le 30 avril, la coupole de la mode belge Creamoda indique ne pas être en capacité fournir une offre réglementaire dans les temps. Un deuxième tour de prospection est alors lancé avec réponse demandée pour le 2 mai. On était face à un marché tendu et on a déplacé notre responsabilité sur les adjudicataires finaux: pas d'acompte à payer (par les pouvoirs publics), paiement à la livraison et à la validation et cautionnement bancaire. A la suite des contrôles technique, le marché a été attribué aux deux firmes", a-t-il indiqué. Dès le 10 juin, la presse s'inquiète pourtant de la qualité des masques Avrox eu égard à la notice qui évoquait un lavage à 30 degrés. La Défense confirme alors que la norme modifiée édictée par le SPF Santé Publique et Sciensano du 28 avril recommandait un lavage à 60 degrés, et ne l'obligeait pas, contrairement à un avis émis quatre jours plus tôt. Le 1er juillet, Test-achats publiait les résultats de ses analyses et (ces masques) l'ont passé avec succès. La Défense a agi à la demande du gouvernement fédéral et elle l'a fait. "Par rapport aux connaissances de l'époque, le service d'achat de la Défense a rempli toutes les obligations", a déclaré M. Goffin. "La Défense a répondu présent", a-t-il plus largement conclu. "Mais elle n'a plus les moyens dont elle disposait pour remplir toutes les missions qu'on attend d'elle dans son rôle d'aide à la nation. Trop souvent, elle a été une variable d'ajustement budgétaire." (Belga)

Philippe Goffin était le deuxième membre du gouvernement fédéral en place lors de la première vague de la pandémie de covid-19 en 2020 à être entendu par la commission spéciale, après l'ancienne Première ministre Sophie Wilmès. Redevenu député, il est notamment revenu sur le marché public passé par la Défense pour fournir des masques en tissu à la population. Ceux-ci ont été distribués via les pharmacies. La Direction générale des Ressources matérielles (DGMR) de la Défense avait scindé cette commande en deux: quinze millions auprès la société luxembourgeoise Avrox - qui les avait livré avec retard - pour un montant de 37,5 millions d'euros hors TVA (à 2,5 euros pièce, livraison comprise) et trois millions auprès de la firme gantoise Tweeds & Cotton, qui les avait pour sa part fourni dans les délais prévus. Les montants mobilisés l'ont été via la provision interdépartementale corona, et non via le budget de la Défense. "Le 30 avril, la coupole de la mode belge Creamoda indique ne pas être en capacité fournir une offre réglementaire dans les temps. Un deuxième tour de prospection est alors lancé avec réponse demandée pour le 2 mai. On était face à un marché tendu et on a déplacé notre responsabilité sur les adjudicataires finaux: pas d'acompte à payer (par les pouvoirs publics), paiement à la livraison et à la validation et cautionnement bancaire. A la suite des contrôles technique, le marché a été attribué aux deux firmes", a-t-il indiqué. Dès le 10 juin, la presse s'inquiète pourtant de la qualité des masques Avrox eu égard à la notice qui évoquait un lavage à 30 degrés. La Défense confirme alors que la norme modifiée édictée par le SPF Santé Publique et Sciensano du 28 avril recommandait un lavage à 60 degrés, et ne l'obligeait pas, contrairement à un avis émis quatre jours plus tôt. Le 1er juillet, Test-achats publiait les résultats de ses analyses et (ces masques) l'ont passé avec succès. La Défense a agi à la demande du gouvernement fédéral et elle l'a fait. "Par rapport aux connaissances de l'époque, le service d'achat de la Défense a rempli toutes les obligations", a déclaré M. Goffin. "La Défense a répondu présent", a-t-il plus largement conclu. "Mais elle n'a plus les moyens dont elle disposait pour remplir toutes les missions qu'on attend d'elle dans son rôle d'aide à la nation. Trop souvent, elle a été une variable d'ajustement budgétaire." (Belga)