Si le coronavirus touche tous les secteurs, il "frappe celui du tourisme en plein c?ur", estiment l'association des tours-opérateurs belges ABTO et les unions professionnelles francophone (UPAV) et flamande (VVR) des agences de voyages. "Les organisateurs de voyages ont versé de gros montants à leurs partenaires locaux sous forme d'acomptes pour les voyages réservés et ces montants ne peuvent pas être récupérés, ce qui entraîne de sévères pertes", expliquent-ils à propos de la mise en place d'un fonds d'urgence qui servirait "à couvrir ces montants et à s'assurer que le travail effectué est récompensé". Les fédérations demandent également le maintien du système de bons à valoir mis en place grâce à l'arrêté ministériel du 19 mars dernier. Celui-ci permet aux voyageurs de réserver à nouveau leurs vacances jusque un an après la date d'émission. Selon une étude sur la crise Covid-19 prenant en compte la récente prolongation de deux semaines du confinement, l'impact pour le secteur du voyage belge s'élève aujourd'hui à plus d'1,5 milliard d'euros, a calculé l'UPAV. (Belga)

Si le coronavirus touche tous les secteurs, il "frappe celui du tourisme en plein c?ur", estiment l'association des tours-opérateurs belges ABTO et les unions professionnelles francophone (UPAV) et flamande (VVR) des agences de voyages. "Les organisateurs de voyages ont versé de gros montants à leurs partenaires locaux sous forme d'acomptes pour les voyages réservés et ces montants ne peuvent pas être récupérés, ce qui entraîne de sévères pertes", expliquent-ils à propos de la mise en place d'un fonds d'urgence qui servirait "à couvrir ces montants et à s'assurer que le travail effectué est récompensé". Les fédérations demandent également le maintien du système de bons à valoir mis en place grâce à l'arrêté ministériel du 19 mars dernier. Celui-ci permet aux voyageurs de réserver à nouveau leurs vacances jusque un an après la date d'émission. Selon une étude sur la crise Covid-19 prenant en compte la récente prolongation de deux semaines du confinement, l'impact pour le secteur du voyage belge s'élève aujourd'hui à plus d'1,5 milliard d'euros, a calculé l'UPAV. (Belga)