La mesure fait suite aux cris de détresse lancés depuis plusieurs semaines par l'ensemble du secteur culturel, soumis jusqu'ici à des contraintes de distanciation du public portant atteinte à leur santé financière, et donc à l'emploi dans ce secteur. Si la réduction des distances de sécurité ne permettra pas de soudainement propulser le secteur culturel au niveau occupé avant la crise du coronavirus en Belgique, la FEAS salue la "réponse positive" apportée par les autorités. "Le public des lieux culturels est un public responsable. Cela nous laisse espérer que nous pourrons bientôt recommencer comme avant puisque nous avons été le secteur sacrifié", estime Mme Havelange, qui regrette néanmoins que les sorties scolaires soient, pour l'instant, encore interdites. "C'est une décision transitoire et temporaire. Nous nous attendons, en cas de diminution des contaminations, à un réexamen de la mesure pour le 15 septembre, afin que les élèves puissent de nouveau jouir d'une offre théâtrale". (Belga)

La mesure fait suite aux cris de détresse lancés depuis plusieurs semaines par l'ensemble du secteur culturel, soumis jusqu'ici à des contraintes de distanciation du public portant atteinte à leur santé financière, et donc à l'emploi dans ce secteur. Si la réduction des distances de sécurité ne permettra pas de soudainement propulser le secteur culturel au niveau occupé avant la crise du coronavirus en Belgique, la FEAS salue la "réponse positive" apportée par les autorités. "Le public des lieux culturels est un public responsable. Cela nous laisse espérer que nous pourrons bientôt recommencer comme avant puisque nous avons été le secteur sacrifié", estime Mme Havelange, qui regrette néanmoins que les sorties scolaires soient, pour l'instant, encore interdites. "C'est une décision transitoire et temporaire. Nous nous attendons, en cas de diminution des contaminations, à un réexamen de la mesure pour le 15 septembre, afin que les élèves puissent de nouveau jouir d'une offre théâtrale". (Belga)