"Franck Vandenbroucke voulait 20h00, nous voulions 23h00, nous sommes assez contents de voir que la poire a été coupée en deux", se réjouit Fabian Hermans, administrateur de la fédération Horeca Bruxelles. "Maintenant il faut espérer que d'autres assouplissements soient possibles d'ici juin." Autre point de satisfaction, la possibilité d'élargir les tables à plus de quatre personnes si celles-ci font partie du même foyer. "C'est quand même très positif pour les familles qui ont plus de deux enfants et ça permettra d'accueillir plus de clients", confirme Fabian Hermans. Même son de cloche du côté de la Fédération des brasseurs belges qui se réjouit, dans un communiqué, d'obtenir enfin des perspectives concrètes. La fédération précise néanmoins que cette première étape est loin d'être suffisante et qu'une réouverture complète est cruciale et ce, au plus vite. Un point reste toutefois problématique selon Fabian Hermans. "La grande question est de savoir si cela sera rentable. A Bruxelles, avec le télétravail, ce n'est pas sûr qu'on aura du monde à midi", explique-t-il. "Il n'y a pas de chômage technique partiel pour le personnel, ça veut donc dire qu'on doit engager notre personnel pour toute la journée, mais si on a personne à midi, ça va être compliqué de rentrer dans nos frais." (Belga)

"Franck Vandenbroucke voulait 20h00, nous voulions 23h00, nous sommes assez contents de voir que la poire a été coupée en deux", se réjouit Fabian Hermans, administrateur de la fédération Horeca Bruxelles. "Maintenant il faut espérer que d'autres assouplissements soient possibles d'ici juin." Autre point de satisfaction, la possibilité d'élargir les tables à plus de quatre personnes si celles-ci font partie du même foyer. "C'est quand même très positif pour les familles qui ont plus de deux enfants et ça permettra d'accueillir plus de clients", confirme Fabian Hermans. Même son de cloche du côté de la Fédération des brasseurs belges qui se réjouit, dans un communiqué, d'obtenir enfin des perspectives concrètes. La fédération précise néanmoins que cette première étape est loin d'être suffisante et qu'une réouverture complète est cruciale et ce, au plus vite. Un point reste toutefois problématique selon Fabian Hermans. "La grande question est de savoir si cela sera rentable. A Bruxelles, avec le télétravail, ce n'est pas sûr qu'on aura du monde à midi", explique-t-il. "Il n'y a pas de chômage technique partiel pour le personnel, ça veut donc dire qu'on doit engager notre personnel pour toute la journée, mais si on a personne à midi, ça va être compliqué de rentrer dans nos frais." (Belga)