Le secteur de l'événementiel et de la culture sent l'impact de la quatrième vague du coronavirus qui touche notre pays. "Les annulations pleuvent et nous ne pouvons pas arrêter ce phénomène. Si les chiffres (du Covid) montent, ceux des réservations baissent. Nous voyons nos agendas se vider pour la troisième fois en deux ans de temps", explique le collectif. Des événements peuvent toutefois encore être organisés. Et cela de façon totalement sûre, "avec des mesures qui ont prouvé leur utilité et leur sécurité", souligne le secteur. "Nous ne devons pas céder à la panique ni sombrer dans l'angoisse. Personne n'y gagne après deux ans. Continuons simplement à nous rendre aux événements en respectant les mesures en vigueur. Et ne laissez pas une nouvelle fois tomber notre secteur", conclut #SoundofSilence. (Belga)

Le secteur de l'événementiel et de la culture sent l'impact de la quatrième vague du coronavirus qui touche notre pays. "Les annulations pleuvent et nous ne pouvons pas arrêter ce phénomène. Si les chiffres (du Covid) montent, ceux des réservations baissent. Nous voyons nos agendas se vider pour la troisième fois en deux ans de temps", explique le collectif. Des événements peuvent toutefois encore être organisés. Et cela de façon totalement sûre, "avec des mesures qui ont prouvé leur utilité et leur sécurité", souligne le secteur. "Nous ne devons pas céder à la panique ni sombrer dans l'angoisse. Personne n'y gagne après deux ans. Continuons simplement à nous rendre aux événements en respectant les mesures en vigueur. Et ne laissez pas une nouvelle fois tomber notre secteur", conclut #SoundofSilence. (Belga)