"La situation en Amazonie est, clairement, très grave", a déclaré M. Guterres dans un point de presse en marge d'une conférence sur le développement de l'Afrique organisée à Yokohama au Japon. 1.044 nouveaux départs de feu ont été constatés mardi dans tout le Brésil par l'Institut national de recherche spatiale (INPE). Au total, quelque 80.000 feux de forêt ont été répertoriés dans le pays depuis le début de l'année - un plus haut depuis 2013 - dont plus de la moitié en Amazonie. "Nous appelons avec énergie à la mobilisation de ressources et avons été en contact avec des pays pour voir s'il pourrait y avoir une réunion dédiée à la mobilisation de soutiens à l'Amazonie au cours de l'Assemblée générale", prévue du 20 au 23 septembre à New York, a dit M. Guterres. Le Brésil s'est finalement dit "ouvert" mardi à une aide financière étrangère pour lutter contre les incendies en Amazonie, à condition de contrôler les fonds, après avoir rejeté la veille une offre du G7. (Belga)