Cinq ans plus tard, le mystère demeure : qui a saboté la turbine à vapeur de Doel 4 le 5 août 2014 ? Une question auquel personne n'a encore trouvé de réponse. Pourtant ce sabotage avait entraîné le démantèlement complet de la turbine de 1500 tonnes, une blague qui avait couté la bagatelle de 30 millions. En outre, l'arrêt de la centrale avait fait perdre plus de 100 millions d'euros à son propriétaire, Engie Electrabel. Doel 4, d'une capacité de 1039 mégawatts et le plus grand des 7 réacteurs nucléaires belges, n'avait pu à nouveau fournir de l'électricité que fin décembre 2014.
...