Le 10 mars, une rencontre a eu lieu entre le ministre des Affaires étrangères rwandais, Vincent Biruta, et l'ambassadeur ­belge, Benoît Ryelandt, à Kigali. Le procès de M. ­Rusesabagina a été abordé lors de l'entrevue, menant à un échange de mots. M. Biruta a déclaré que le comportement de la Belgique "déterminerait la qualité" des futures relations bilatérales. Le ministre a ajouté que si la Belgique continuait à prendre à c?ur les préoccupations de la famille de M. Rusesabagina, cela affecterait la bonne entente entre les deux pays. En termes diplomatiques, cela s'apparente à une réprimande sévère. La réaction rwandaise amère est survenue entre autres après que l'ambassadeur ­Ryelandt ait mentionné l'inquiétude des proches de M. Rusesabagina au sujet d'une éventuelle tentative d'assassinat. La famille a relayé l'information au Premier ministre belge, Alexander De Croo (Open Vld), qui a répondu que si ces éléments étaient avérés, ils seraient en effet "très inquiétants". M. Ryelandt a eu pour mission d'évoquer ces informations dans sa communication avec M. Biruta, mais le gouvernement rwandais n'y tenait vraisemblablement pas. (Belga)

Le 10 mars, une rencontre a eu lieu entre le ministre des Affaires étrangères rwandais, Vincent Biruta, et l'ambassadeur ­belge, Benoît Ryelandt, à Kigali. Le procès de M. ­Rusesabagina a été abordé lors de l'entrevue, menant à un échange de mots. M. Biruta a déclaré que le comportement de la Belgique "déterminerait la qualité" des futures relations bilatérales. Le ministre a ajouté que si la Belgique continuait à prendre à c?ur les préoccupations de la famille de M. Rusesabagina, cela affecterait la bonne entente entre les deux pays. En termes diplomatiques, cela s'apparente à une réprimande sévère. La réaction rwandaise amère est survenue entre autres après que l'ambassadeur ­Ryelandt ait mentionné l'inquiétude des proches de M. Rusesabagina au sujet d'une éventuelle tentative d'assassinat. La famille a relayé l'information au Premier ministre belge, Alexander De Croo (Open Vld), qui a répondu que si ces éléments étaient avérés, ils seraient en effet "très inquiétants". M. Ryelandt a eu pour mission d'évoquer ces informations dans sa communication avec M. Biruta, mais le gouvernement rwandais n'y tenait vraisemblablement pas. (Belga)