Le 18 avril 2009, un navire belge, le Pompei, a été attaqué dans l'océan Indien par des pirates somaliens. Dix membres de l'équipage ont été pris en otage pendant quelque 70 jours. Finalement, une rançon d'environ 2 millions d'euros a été payée aux ravisseurs. Selon le procureur fédéral, Mohamed Abdi Hassan est celui qui a commandé les actes de piraterie au large de la Somalie. Vingt ans de prison ainsi que la confiscation de 10 millions d'euros ont été requis à son encontre. Son avocat, Walter Damen, a contesté le fait que son client se trouvait sur le Pompeï. Il a indiqué que les témoins qui le désignent comme étant le "Roi des pirates somaliens" ont été contaminés par les images de son arrestation à Zaventem diffusées à la télévision. Selon lui, le fait que son ADN ait été retrouvé sur une tasse dans la cabine du capitaine ne prouve rien. "Des échantillons ont été prélevés partout dans la cabine. Aucun cheveu n'a été retrouvé, même pas sur les divans sur lesquels il se serait assis. On a juste retrouvé un mélange avec un peu de son ADN sur une tasse, et ça pourrait très bien avoir été déposé par une personne avec laquelle il aurait eu des contacts auparavant." Dans ses dernières paroles à la cour, Abdi Hassan a nié les faits: "Je n'ai pas piraté ce navire belge. J'ai été désigné par les autorités somaliennes pour combattre les pirates." Mohamed Moalin-Aden qui avait été condamné en première instance à 5 ans de prison pour appartenance à un groupe criminel, a également nié toute implication. D'après le procureur fédéral, il était le soutien logistique et financier de la bande qui piratait des navires comme le Pompei au large de la Somalie. Dix ans de prison et une confiscation à hauteur de 3 millions d'euros ont été requis à son encontre. Filip Van Hende et Thomas Gilis, ses avocats, le considèrent tout au plus comme un fonctionnaire corrompu qui a demandé de l'argent supplémentaire avant la libération des otages. "Il n'a pris aucune décision finale. Il a tout au plus gagné 90.000 dollars." Le jugement est attendu pour le 21 avril. (Belga)

Le 18 avril 2009, un navire belge, le Pompei, a été attaqué dans l'océan Indien par des pirates somaliens. Dix membres de l'équipage ont été pris en otage pendant quelque 70 jours. Finalement, une rançon d'environ 2 millions d'euros a été payée aux ravisseurs. Selon le procureur fédéral, Mohamed Abdi Hassan est celui qui a commandé les actes de piraterie au large de la Somalie. Vingt ans de prison ainsi que la confiscation de 10 millions d'euros ont été requis à son encontre. Son avocat, Walter Damen, a contesté le fait que son client se trouvait sur le Pompeï. Il a indiqué que les témoins qui le désignent comme étant le "Roi des pirates somaliens" ont été contaminés par les images de son arrestation à Zaventem diffusées à la télévision. Selon lui, le fait que son ADN ait été retrouvé sur une tasse dans la cabine du capitaine ne prouve rien. "Des échantillons ont été prélevés partout dans la cabine. Aucun cheveu n'a été retrouvé, même pas sur les divans sur lesquels il se serait assis. On a juste retrouvé un mélange avec un peu de son ADN sur une tasse, et ça pourrait très bien avoir été déposé par une personne avec laquelle il aurait eu des contacts auparavant." Dans ses dernières paroles à la cour, Abdi Hassan a nié les faits: "Je n'ai pas piraté ce navire belge. J'ai été désigné par les autorités somaliennes pour combattre les pirates." Mohamed Moalin-Aden qui avait été condamné en première instance à 5 ans de prison pour appartenance à un groupe criminel, a également nié toute implication. D'après le procureur fédéral, il était le soutien logistique et financier de la bande qui piratait des navires comme le Pompei au large de la Somalie. Dix ans de prison et une confiscation à hauteur de 3 millions d'euros ont été requis à son encontre. Filip Van Hende et Thomas Gilis, ses avocats, le considèrent tout au plus comme un fonctionnaire corrompu qui a demandé de l'argent supplémentaire avant la libération des otages. "Il n'a pris aucune décision finale. Il a tout au plus gagné 90.000 dollars." Le jugement est attendu pour le 21 avril. (Belga)