Le mardi 13 février, l'Office des Étrangers tente de rapatrier un Soudanais sans avoir vérifié s'il court un risque de torture ou de traitement inhumain dans sa patrie, comme le prescrit l'article 3 de la Convention européenne des droits de l'homme (CEDH). C'est ce que déclare Kati Verstrepen, l'avocate qu'il a engagée, à Knack.
...