"Ils préféreraient ouvrir bien encadrés le 1er octobre que maintenant, (...) le 1er septembre", a déclaré le ministre. Les conditions de réouverture de ce secteur restent à déterminer, mais sont, selon Van Quickenborne, entre autres liées au nombre de personnes sur une certaine surface et aux obligations de ventilation. "Les entités fédérées sont également autorisées à imposer des modalités. Il n'est donc pas inconcevable que la réouverture à Bruxelles prenne encore plus de temps." M. Van Quickenborne a également évoqué la couverture vaccinale élevée, surtout en Flandre, et le faible nombre de vaccinés dans les hôpitaux. "Le message est clair : optez pour un vaccin, c'est sûr." (Belga)

"Ils préféreraient ouvrir bien encadrés le 1er octobre que maintenant, (...) le 1er septembre", a déclaré le ministre. Les conditions de réouverture de ce secteur restent à déterminer, mais sont, selon Van Quickenborne, entre autres liées au nombre de personnes sur une certaine surface et aux obligations de ventilation. "Les entités fédérées sont également autorisées à imposer des modalités. Il n'est donc pas inconcevable que la réouverture à Bruxelles prenne encore plus de temps." M. Van Quickenborne a également évoqué la couverture vaccinale élevée, surtout en Flandre, et le faible nombre de vaccinés dans les hôpitaux. "Le message est clair : optez pour un vaccin, c'est sûr." (Belga)