"La Vesdre est une rivière qui était autrefois extrêmement polluée, principalement par l'industrie lainière et la croissance de la population en région verviétoise. La rivière a connu dans les dernières décennies une récupération spectaculaire suite à l'épuration des eaux usées domestiques et industrielles avec notamment la construction d'un collecteur des eaux usées dans les années 1970 et à la mise en service de stations d'épuration comme celles de Wegnez et Goffontaine, au cours des années 1990 et 2000", indique le contrat de rivière Vesdre dans un communiqué. L'outil de gestion des cours d'eau précise que malgré l'amélioration de la qualité de l'eau, certains points noirs subsistent. "Beaucoup d'habitations situées en bordure de rivière y rejettent encore directement leurs eaux usées et certains égouts se déversent dans la Vesdre, dans l'attente d'un raccordement à une station d'épuration." Ces égouts, sont, selon le contrat de rivière, une des causes principales de la mortalité des poissons début juillet. "En période de sécheresse, ils n'évacuent plus correctement les eaux usées, faute de rinçage naturel, et une bonne partie des matières polluantes solides s'y accumulent alors. A la première forte pluie, ces matières sont entraînées et se déversent massivement dans la rivière, où elles se décomposent en consommant l'oxygène dissous dans l'eau, nécessaire à la faune aquatique." Le phénomène est amplifié lorsque le débit est faible et la température de l'eau élevée. "Le peuplement de poissons qui avait mis des années à se reconstituer dans la Vesdre a disparu sur plusieurs kilomètres, parce que la qualité de l'eau est encore insuffisante, ce qui se marque particulièrement en cas de manque d'eau", regrette le contrat de rivière Vesdre qui espère cependant que des mesures comme la suppression des rejets d'eaux usées, seront prises de manière à ce que la mort massive de poissons ne se reproduise plus. (Belga)

"La Vesdre est une rivière qui était autrefois extrêmement polluée, principalement par l'industrie lainière et la croissance de la population en région verviétoise. La rivière a connu dans les dernières décennies une récupération spectaculaire suite à l'épuration des eaux usées domestiques et industrielles avec notamment la construction d'un collecteur des eaux usées dans les années 1970 et à la mise en service de stations d'épuration comme celles de Wegnez et Goffontaine, au cours des années 1990 et 2000", indique le contrat de rivière Vesdre dans un communiqué. L'outil de gestion des cours d'eau précise que malgré l'amélioration de la qualité de l'eau, certains points noirs subsistent. "Beaucoup d'habitations situées en bordure de rivière y rejettent encore directement leurs eaux usées et certains égouts se déversent dans la Vesdre, dans l'attente d'un raccordement à une station d'épuration." Ces égouts, sont, selon le contrat de rivière, une des causes principales de la mortalité des poissons début juillet. "En période de sécheresse, ils n'évacuent plus correctement les eaux usées, faute de rinçage naturel, et une bonne partie des matières polluantes solides s'y accumulent alors. A la première forte pluie, ces matières sont entraînées et se déversent massivement dans la rivière, où elles se décomposent en consommant l'oxygène dissous dans l'eau, nécessaire à la faune aquatique." Le phénomène est amplifié lorsque le débit est faible et la température de l'eau élevée. "Le peuplement de poissons qui avait mis des années à se reconstituer dans la Vesdre a disparu sur plusieurs kilomètres, parce que la qualité de l'eau est encore insuffisante, ce qui se marque particulièrement en cas de manque d'eau", regrette le contrat de rivière Vesdre qui espère cependant que des mesures comme la suppression des rejets d'eaux usées, seront prises de manière à ce que la mort massive de poissons ne se reproduise plus. (Belga)