"Lors de tests périodiques, le réacteur s'est lui-même mis en sécurité. C'est la procédure normale lorsqu'il y a une anomalie. Nous allons examiner où se trouve le problème", a expliqué Geetha Keyaert, porte-parole d'Engie Electrabel.

Plus tôt dans la journée, Engie Electrabel avait déjà annoncé que le réacteur Doel 1 resterait à l'arrêt jusqu'à la fin du mois de mai. Doel 1 a été mis à l'arrêt le 13 avril pour des travaux de réparation.

Doel 2 est aussi à l'arrêt mais pour un entretien planifié. Seul Doel 4 fonctionne actuellement. Le réacteur Doel 3 est connu, tout comme Tihange 2, pour présenter des micro-fissures dans la cuve.

Les réacteurs avaient été mis à l'arrêt en mars 2014 et avaient pu redémarrer après enquête et l'approbation de l'AFCN, le gendarme nucléaire belge. Selon la porte-parole d'Engie Electrabel, l'arrêt de Doel 3 ne menace pas l'approvisionnement.

Belga

"Lors de tests périodiques, le réacteur s'est lui-même mis en sécurité. C'est la procédure normale lorsqu'il y a une anomalie. Nous allons examiner où se trouve le problème", a expliqué Geetha Keyaert, porte-parole d'Engie Electrabel. Plus tôt dans la journée, Engie Electrabel avait déjà annoncé que le réacteur Doel 1 resterait à l'arrêt jusqu'à la fin du mois de mai. Doel 1 a été mis à l'arrêt le 13 avril pour des travaux de réparation. Doel 2 est aussi à l'arrêt mais pour un entretien planifié. Seul Doel 4 fonctionne actuellement. Le réacteur Doel 3 est connu, tout comme Tihange 2, pour présenter des micro-fissures dans la cuve. Les réacteurs avaient été mis à l'arrêt en mars 2014 et avaient pu redémarrer après enquête et l'approbation de l'AFCN, le gendarme nucléaire belge. Selon la porte-parole d'Engie Electrabel, l'arrêt de Doel 3 ne menace pas l'approvisionnement. Belga