Les autorités éthiopiennes avaient promis de présenter ce rapport préliminaire d'ici la mi-avril. Mais elles ont déjà dit qu'il y avait des "similarités claires" entre le crash du vol ET302 et celui du vol 610 de Lion Air, qui a fait 189 morts le 29 octobre au large de l'Indonésie. Dans les deux cas, les régulateurs et les experts aéronautiques estiment que le logiciel anti-décrochage MCAS (Maneuvering Characteristics Augmentation System) a joué un rôle. Il a été installé sur les 737 MAX pour compenser les problèmes aérodynamiques posés par le changement d'emplacement et le poids des deux moteurs de l'appareil. Ces similarités ont conduit les autorités aériennes du monde entier à interdire provisoirement de vol la flotte des 737 MAX, une décision inédite pour un avion entré en service il y a moins de deux ans. Boeing s'est défendu la semaine passée en présentant des modifications du MCAS afin de regagner la confiance. (Belga)

Les autorités éthiopiennes avaient promis de présenter ce rapport préliminaire d'ici la mi-avril. Mais elles ont déjà dit qu'il y avait des "similarités claires" entre le crash du vol ET302 et celui du vol 610 de Lion Air, qui a fait 189 morts le 29 octobre au large de l'Indonésie. Dans les deux cas, les régulateurs et les experts aéronautiques estiment que le logiciel anti-décrochage MCAS (Maneuvering Characteristics Augmentation System) a joué un rôle. Il a été installé sur les 737 MAX pour compenser les problèmes aérodynamiques posés par le changement d'emplacement et le poids des deux moteurs de l'appareil. Ces similarités ont conduit les autorités aériennes du monde entier à interdire provisoirement de vol la flotte des 737 MAX, une décision inédite pour un avion entré en service il y a moins de deux ans. Boeing s'est défendu la semaine passée en présentant des modifications du MCAS afin de regagner la confiance. (Belga)