"Une entreprise qui réduirait ses émissions de CO2 recevrait un bonus financier", explique ainsi Elio Di Rupo. "Nous ne voulons plus de ces quotas de CO2 que les entreprises peuvent se racheter entre elles pour augmenter leur capacité de polluer." Parmi les autres mesures évoquées, figure aussi l'étiquetage de l'empreinte écologique sur chaque produit de consommation; l'introduction de clauses environnementales, sociales et éthiques dans les marchés publics; ou encore des prêts à taux zéro pour les travaux d'isolation des bâtiments. Pour financer ces mesures, Elio Di Rupo met sur la table un impôt progressif (à partir de 0,4%) sur les patrimoines de plus de 1,25 million d'euros - à l'exclusion de l'habitation privée ou de l'activité professionnelle. Cette taxe rapporterait entre 700 millions et 1,3 milliard d'euros, selon le président du PS. Enfin, Elio Di Rupo aborde sa position sur une éventuelle coalition avec la N-VA: "Moi, je n'ai jamais dit jamais. C'est un mot que je n'utilise pas en politique. Mais nous ferons tout pour ne pas gouverner avec eux." (Belga)

"Une entreprise qui réduirait ses émissions de CO2 recevrait un bonus financier", explique ainsi Elio Di Rupo. "Nous ne voulons plus de ces quotas de CO2 que les entreprises peuvent se racheter entre elles pour augmenter leur capacité de polluer." Parmi les autres mesures évoquées, figure aussi l'étiquetage de l'empreinte écologique sur chaque produit de consommation; l'introduction de clauses environnementales, sociales et éthiques dans les marchés publics; ou encore des prêts à taux zéro pour les travaux d'isolation des bâtiments. Pour financer ces mesures, Elio Di Rupo met sur la table un impôt progressif (à partir de 0,4%) sur les patrimoines de plus de 1,25 million d'euros - à l'exclusion de l'habitation privée ou de l'activité professionnelle. Cette taxe rapporterait entre 700 millions et 1,3 milliard d'euros, selon le président du PS. Enfin, Elio Di Rupo aborde sa position sur une éventuelle coalition avec la N-VA: "Moi, je n'ai jamais dit jamais. C'est un mot que je n'utilise pas en politique. Mais nous ferons tout pour ne pas gouverner avec eux." (Belga)