"La N-VA est déjà venue avec le modèle australien. Aujourd'hui, c'est le modèle danois. Mais nous ne sommes pas les socialistes danois. Nous sommes les socialistes de Wallonie et de Bruxelles. Je ne vais pas prendre un modèle étranger pour l'appliquer en Belgique. L'immigration est un sujet complexe dans tous les pays. Le mieux que l'on peut faire, ce n'est pas tout le temps en parler et aborder les problèmes de façon pragmatique", a souligné M. Magnette, interrogé en marge d'une conférence de presse. Par la voix de M. Francken, la N-VA a déjà fait plusieurs ouvertures à l'égard du PS alors que la mission d'information est toujours en cours et que des négociations en vue de former un gouvernement fédéral n'ont pas encore commencé. "Il n'y pas beaucoup de cohérence. On a l'impression qu'à chaque fois, il y a quelque chose de nouveau, chaque semaine, il y a de nouvelles conditions", a ajouté le bourgmestre de Charleroi et candidat à la présidence du PS. Interrogé sur les ondes de la VRT lundi, M. Francken a évoqué la maigreur de certaines pensions - un sujet qu'il faudra selon lui aborder dans des discussions avec les socialistes - et la frustration que ressentiraient certains retraités à l'égard d'allocations touchées par des personnes d'origine étrangère. Parallèlement, il a constaté l'impossibilité de réunir une majorité des deux tiers, préalable indispensable à toute réforme de l'Etat. Pour plusieurs commentateurs y ont vu une ouverture à l'égard du PS qui jusqu'à présent refuse d'entrer dans le jeu d'une coalition suédoise bis, soit la poursuite de l'alliance entre les libéraux, le CD&V et la N-VA. (Belga)