Il s'agit d'une mesure de lutte contre le risque de surendettement pour des travailleurs confrontés aux factures quotidiennes et qui risquent d'opter pour un nouveau crédit à un taux très élevé ou à des sanctions au cas où ils ne peuvent payer leur remboursement, selon le député socialiste. La proposition de loi interdit au prêteur de dénoncer un contrat de crédit à la consommation du fait de retard constaté entre le 1er mars 2020 et le 31 octobre 2020. Elle permet en outre à tout particulier qui subit une perte de revenus (due à un chômage temporaire ou complet, une maladie consécutive au Covid-19, une fermeture du commerce ou des mesures transitoires) de bénéficier d'une mesure de suspension des obligations et des sanctions liées à ses contrats de crédits à la consommation. Selon les chiffres fournis par la Banque nationale de Belgique, 5,34 millions de personnes avaient au moins un crédit à la consommation en cours en février de cette année et 334.000 personnes un crédit défaillant avant l'éclatement de la crise du coronavirus, fait valoir le député. Les pouvoirs publics ont déjà pris plusieurs mesures d'aides aux travailleurs ayant perdu des revenus en raison de la crise du coronavirus, comme le report du paiement de prêt hypothécaire, de l'assurance solde restant dû et de l'assurance-incendie, la suspension des coupures d'eau et d'énergie ainsi que des expulsions, en plus des reports de charges pour entreprises et indépendants. Mais syndicats, CPAS, Mutualités et autres organisations de défense des consommateurs réclament aussi le report des remboursements de crédits à la consommation pour les particuliers touchés. (Belga)

Il s'agit d'une mesure de lutte contre le risque de surendettement pour des travailleurs confrontés aux factures quotidiennes et qui risquent d'opter pour un nouveau crédit à un taux très élevé ou à des sanctions au cas où ils ne peuvent payer leur remboursement, selon le député socialiste. La proposition de loi interdit au prêteur de dénoncer un contrat de crédit à la consommation du fait de retard constaté entre le 1er mars 2020 et le 31 octobre 2020. Elle permet en outre à tout particulier qui subit une perte de revenus (due à un chômage temporaire ou complet, une maladie consécutive au Covid-19, une fermeture du commerce ou des mesures transitoires) de bénéficier d'une mesure de suspension des obligations et des sanctions liées à ses contrats de crédits à la consommation. Selon les chiffres fournis par la Banque nationale de Belgique, 5,34 millions de personnes avaient au moins un crédit à la consommation en cours en février de cette année et 334.000 personnes un crédit défaillant avant l'éclatement de la crise du coronavirus, fait valoir le député. Les pouvoirs publics ont déjà pris plusieurs mesures d'aides aux travailleurs ayant perdu des revenus en raison de la crise du coronavirus, comme le report du paiement de prêt hypothécaire, de l'assurance solde restant dû et de l'assurance-incendie, la suspension des coupures d'eau et d'énergie ainsi que des expulsions, en plus des reports de charges pour entreprises et indépendants. Mais syndicats, CPAS, Mutualités et autres organisations de défense des consommateurs réclament aussi le report des remboursements de crédits à la consommation pour les particuliers touchés. (Belga)