La réunion devait avoir lieu en présence des deux informateurs royaux, Didier Reynders (MR) et Johan Vande Lanotte (sp.a). Cette rencontre entre les premiers partis de chaque communauté linguistique est scrutée depuis les élections. La N-VA par la voix de Theo Francken l'a appelée plusieurs fois de ses voeux ainsi que le CD&V et la N-VA qui estiment que ces deux formations doivent prendre leurs responsabilités en vue de former un gouvernement fédéral. Jusqu'à présent, les socialistes francophones n'ont pas répondu positivement. Ils ont dit et répété qu'ils ne voulaient pas négocier avec la N-VA qui s'est montrée claire au cours des années passées et pendant la campagne électorale: elle discutera avec le PS uniquement du confédéralisme. Dimanche, toutefois, interrogé par la RTBF, le président du PS, Elio Di Rupo, avait laissé entendre qu'il était prêt à participer à une "table de discussion", soit une réunion associant plusieurs partis et non la seule N-VA. Les informateurs royaux ont jugé que les temps n'étaient pas encore mûrs pour une réunion avec autant de participants, selon La Libre. Ils ont lancé une invitation pour une rencontre discrète entre socialistes francophones et nationalistes flamands. Les premiers ont d'abord dit oui avant de décliner. Ils ne souhaiteraient pas discuter de la note que préparent MM. Reynders et Vande Lanotte en vue de leur rapport au Roi lundi mais simplement d'un agenda de discussions éventuelles dans les prochaines semaines. (Belga)