"Nous partons à la recherche d'autres missions et de clients afin d'étendre le projet dès l'automne, aussi en Wallonie", selon la porte-parole de l'administration pénitentiaire Kathleen Van De Vijver.

Par ailleurs, les détenus des prisons d'Audenarde et de Mons qui oeuvrent dans des ateliers de confection se sont vus attribuer une nouvelle tâche. A la suite de la faillite d'un fournisseur, les gardiens manquent d'uniforme et de pantalons d'intervention. Il a dès lors été demandé aux détenus d'en confectionner quelque 30.000 à 35.000 unités.

Selon Mme Van De Vijver, les 5.000 premiers pantalons sont prêts et les suivants seront produits au cours de l'année.

"Nous partons à la recherche d'autres missions et de clients afin d'étendre le projet dès l'automne, aussi en Wallonie", selon la porte-parole de l'administration pénitentiaire Kathleen Van De Vijver.Par ailleurs, les détenus des prisons d'Audenarde et de Mons qui oeuvrent dans des ateliers de confection se sont vus attribuer une nouvelle tâche. A la suite de la faillite d'un fournisseur, les gardiens manquent d'uniforme et de pantalons d'intervention. Il a dès lors été demandé aux détenus d'en confectionner quelque 30.000 à 35.000 unités. Selon Mme Van De Vijver, les 5.000 premiers pantalons sont prêts et les suivants seront produits au cours de l'année.