En 2009, le projet pilote avait été lancé, dans un premier temps, dans huit hôpitaux. Les équipes soignantes ont été sensibilisées et ont reçu des formations ainsi que des outils pour les aider à détecter les consommations problématiques d'alcool. Le projet a également pour but d'aider à la formalisation d'un trajet de soins alcool (que faire et où orienter). "Il est ressorti de ces expériences pilotes que dans ces hôpitaux, les équipes accordent une plus grande attention à ce problème; les consommations d'alcool sont plus systématiquement évaluées et donc l'usage problématique est détecté plus précocement. En outre, les patients sont plus rapidement orientés grâce à un renforcement des collaborations. Enfin, les symptômes de sevrage physiques sont plus facilement gérés", commente Frank Vandenbroucke. Selon le cabinet, de récentes recherches montrent que seulement 8 % des personnes ayant un problème d'alcool ont cherché une forme d'aide professionnelle au cours de l'année écoulée. (Belga)

En 2009, le projet pilote avait été lancé, dans un premier temps, dans huit hôpitaux. Les équipes soignantes ont été sensibilisées et ont reçu des formations ainsi que des outils pour les aider à détecter les consommations problématiques d'alcool. Le projet a également pour but d'aider à la formalisation d'un trajet de soins alcool (que faire et où orienter). "Il est ressorti de ces expériences pilotes que dans ces hôpitaux, les équipes accordent une plus grande attention à ce problème; les consommations d'alcool sont plus systématiquement évaluées et donc l'usage problématique est détecté plus précocement. En outre, les patients sont plus rapidement orientés grâce à un renforcement des collaborations. Enfin, les symptômes de sevrage physiques sont plus facilement gérés", commente Frank Vandenbroucke. Selon le cabinet, de récentes recherches montrent que seulement 8 % des personnes ayant un problème d'alcool ont cherché une forme d'aide professionnelle au cours de l'année écoulée. (Belga)