Trois travailleurs de la Ville de Bruxelles se sont rendus dans les quartiers du centre-ville, de Sainte-Catherine et des Marolles pour repeindre les tags. Un projet unique baptisé Michelangelo. "La seule chose que nous demandons aux commerçants est de prévoir un pot de peinture. Michelangelo constate au quotidien quels commerces ont été touchés par des tags. Une fois qu'ils ont un pot de peinture, ils peuvent être supprimés", a indiqué Karine Lalieux. Le projet a été lancé en 2009. Depuis, 1.33 commerçants s'y sont associés. En 2011, 1.049 tags avaient été enlevés, pour 3.598 en 2015. Face à ce succès, l'action sera étendue au piétonnier et au Sablon. (Belga)

Trois travailleurs de la Ville de Bruxelles se sont rendus dans les quartiers du centre-ville, de Sainte-Catherine et des Marolles pour repeindre les tags. Un projet unique baptisé Michelangelo. "La seule chose que nous demandons aux commerçants est de prévoir un pot de peinture. Michelangelo constate au quotidien quels commerces ont été touchés par des tags. Une fois qu'ils ont un pot de peinture, ils peuvent être supprimés", a indiqué Karine Lalieux. Le projet a été lancé en 2009. Depuis, 1.33 commerçants s'y sont associés. En 2011, 1.049 tags avaient été enlevés, pour 3.598 en 2015. Face à ce succès, l'action sera étendue au piétonnier et au Sablon. (Belga)