La ministre de l'Intérieur, Annelies Verlinden, s'est entretenue lundi avec le bourgmestre de Bruxelles, Philippe Close, à propos de la Boum 2, un événement annoncé sur Facebook pour le 1er mai dans le Bois de la Cambre à la suite d'un événement similaire qui avait rassemblé plusieurs centaines de personnes il y a un mois. L'organisation de la Boum 2 n'a pas fait l'objet d'une demande d'autorisation ni de dérogation aux mesures sanitaires, a précisé la ministre. "Depuis le lancement de cet appel à la Boum 2, le profil des participants semble évoluer", a expliqué Mme Verlinden, sans en dire plus. "Les autorités et services de police sont au courant que des rassemblements et mouvements divers risquent d'avoir lieu dans toute la ville". La Ville de Bruxelles mènera une opération de prévention en recourant à ses stewards ainsi qu'à des annonces de dissuasion sur les réseaux sociaux. La police locale épaulée par la police fédérale est prête à intervenir en deuxième ligne le cas échéant. La ministre a répété sa désapprobation à l'égard d'un tel événement qu'elle juge "irresponsable" et "irrespectueux" aussi bien de la situation sanitaire que des soignants mobilisés chaque jour dans les hôpitaux et des citoyens qui respectent les mesures sanitaires. "En sommes-nous venus à placer nos plaisirs individualistes au-dessus de l'intérêt général?" a-t-elle ajouté. (Belga)

La ministre de l'Intérieur, Annelies Verlinden, s'est entretenue lundi avec le bourgmestre de Bruxelles, Philippe Close, à propos de la Boum 2, un événement annoncé sur Facebook pour le 1er mai dans le Bois de la Cambre à la suite d'un événement similaire qui avait rassemblé plusieurs centaines de personnes il y a un mois. L'organisation de la Boum 2 n'a pas fait l'objet d'une demande d'autorisation ni de dérogation aux mesures sanitaires, a précisé la ministre. "Depuis le lancement de cet appel à la Boum 2, le profil des participants semble évoluer", a expliqué Mme Verlinden, sans en dire plus. "Les autorités et services de police sont au courant que des rassemblements et mouvements divers risquent d'avoir lieu dans toute la ville". La Ville de Bruxelles mènera une opération de prévention en recourant à ses stewards ainsi qu'à des annonces de dissuasion sur les réseaux sociaux. La police locale épaulée par la police fédérale est prête à intervenir en deuxième ligne le cas échéant. La ministre a répété sa désapprobation à l'égard d'un tel événement qu'elle juge "irresponsable" et "irrespectueux" aussi bien de la situation sanitaire que des soignants mobilisés chaque jour dans les hôpitaux et des citoyens qui respectent les mesures sanitaires. "En sommes-nous venus à placer nos plaisirs individualistes au-dessus de l'intérêt général?" a-t-elle ajouté. (Belga)